Brokeback Mountain Forever


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les gays au cinéma...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38  Suivant
AuteurMessage
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 2 Fév 2016 - 18:49

The Danish girl

Sur le thème du transgenre, Tom Hooper (le discours d’un roi) nous offre un film d’une beauté extrême. Chaque plan, chaque décor semble être une peinture dans laquelle évolueraient les personnages. Les couleurs sont voilées, clairs-obscurs, les teintes chaudes ou très froides selon les situations, la caméra semble effleurer ses sujets ou les surprendre. C’est splendide, remarquablement bien filmé, la mise en scène est absolument extraordinaire. L’histoire de cet homme qui se sent femme et qui va tout tenter pour le devenir, l’attitude de son épouse qui, par amour pour lui, va l’accompagner, l‘aider, le suivre jusqu’au bout et poignante, jamais scabreuse, jamais vulgaire, bien au contraire. Tout est traité en douceur, par petites touches, leur souffrance est palpable mais leur amour plus fort que tout. Ce film est un coup de poing ! Alicia Vikander est absolument merveilleuse, époustouflante dans son rôle d’épouse éperdument amoureuse, Eddie Redmayne surjoue un peu quelques fois et Matthias Schoenaerts excellent dans le rôle d’ami intime du couple qui va, lui aussi, aider et accompagner.
Il faut rappeler que ce film est tiré d’une histoire vraie et que Einar Wegener a été le premier a subir cette intervention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Sam 6 Fév 2016 - 11:50

Experimenter


Traité comme un documentaire, ce film retrace une partie de la vie de Stanley Milgram qui voua ses recherches à l’étude de la soumission à l’autorité, essayant d’expliquer et surtout de comprendre la réaction du peuple allemand aux ordres des nazis. Cela fait froid dans le dos !
Excellemment bien construit et réalisé, cette histoire, portée par Peter Saasgard, nous décrit parfaitement les expériences et le cheminement intellectuel des sujets mais nous raconte également les controverses, les méandres et surtout les critiques qu’il a dû supporter, traverser et affronter.
Ce sujet est étonnant, les réactions nous semblent invraisemblables et pourtant…. Elles ont été bien réelles et continuent, de nos jours, à être étudiées dans les universités.
J’ai bcp aimé ce film même si le côté esthétique est un peu oublié et la narration du personnage met trop de distance avec le spectateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malo



Nombre de messages : 2068
Localisation : rhône alpes
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Sam 6 Fév 2016 - 13:31

" SPOTLIGHT"
Le sujet paraît scabreux, le film ne l'est pas du tout.... il narre le travail d'une équipe spécialisée du journal" Boston Globe" , " spotlight " pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois sur un sujet particulièrement sensible ds une ville comme Boston où la religion, catholique en particulier pèse d'un poids considérable:
le sujet qui est tiré d'une histoire réelle: le viol de centaines d'enfants par des prêtres pédophiles sans que les autorités religieuses de la ville agissent autrement qu'en payant les familles ( pas ts cher ) en échange de leur silence et en mutant les prêtres ds une autre paroisse
le film n'est pas glauque car en fait il relate l'enquête, sa progression, il analyse les réactions des différentes couches de la bonne société bostonnienne, les difficultés des journalistes à trouver des témoins, des documents etc.... bien sûr, le spectateur est confronté à la lourdeur de certains témoignages mais cela ne constitue qu'une ts faible partie du film....
en fait, c'est un film très proche d'un autre sur un sujet différent: " les hommes du Président"...
l'interprétation est excellente et on ne s'ennuie pas malgré les 2h11 mn du film....

ceci dit, ensuite, il ne faut pas faire d'amalgames ( pour employer une expression ts usitée ces temps-ci); ce n'est pas parce que ce phénomène concerne 6% des prêtres ds le film qu'il faut généraliser avec tous les religieux....


Dernière édition par malo le Sam 6 Fév 2016 - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JLuc



Nombre de messages : 1507
Localisation : PARIS PARIS PARIS !
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Sam 6 Fév 2016 - 14:24

... Ben oui mais hélas! les gens font injustement cet amalgame et d'une exception (fort condamnable) en font une généralité.
Tu auras remarqué certainement comme moi les posts déposés ici et là sur FB !!!
On ne refera pas le monde. Ce sont les choses négatives qui sont les plus commentées. Et avec ça l'incompréhension massive de la laïcité...pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jlucfont.wordpress.com/
malo



Nombre de messages : 2068
Localisation : rhône alpes
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Sam 6 Fév 2016 - 15:48

Comme tu le sais, j'ai été élevée en ts grande partie ( tout le secondaire) chez les bonnes soeurs, j'ai fait ma carrière ds l'enseignement privé et au début il y avait encore des religieux et si j'en ai rencontré d'exécrables, j'ai aussi eu affaire à des personnes extraordinaires....donc, c'est plus facile pour moi....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanie



Nombre de messages : 3226
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Lun 8 Fév 2016 - 8:57

Creed - L'héritage de Rocky Balboa

On pourrait se dire, encore un énième Rocky ... mais non, à l'image de ses derniers opus, Stallone sait se renouveler, donner un nouveau souffle à son personnage (contrairement au dernier James Bond), lui apporter sagesse, apaisement, douceur et surtout correspondre tout à fait à son âge. Il ne s'embellit pas, ne cherche pas à jouer les jeunes premiers, il passe la main tout en restant lui même. J'ai beaucoup aimé. Les 2 h 15 sont passées très vite, la salle était pleine, avec énormément de jeunes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Lun 8 Fév 2016 - 22:11

Steve Jobs

Echelonnée sur 3 périodes charnières de la carrière de Steve Jobs, le film relate dans le détail ses relations avec les hommes et les femmes qui ont, non seulement partagé sa vie, mais l’ont aidé à être ce qu’il est devenu. On le voit se battre envers et contre tous pour imposer ce qu’il veut, à tort ou à raison ! A-t-il toujours eu raison, surement puisqu’il a bâti un empire financier et a été un des précurseur de l’informatique et la téléphonie. Nous rencontrons un homme peu sympathique, têtu, borné, égoïste et égocentré, sans aucun remord, se foutant pas mal des échecs, les siens comme ceux des autres uniquement axé sur ses recherches et sa réussite. Une seule personne a pu lui faire face, a su non seulement lui tenir tête mais lui faire prendre conscience de certaines valeurs, sa chef de marketing, son amie fidèle entre tous.
Cet homme est déplaisant, heureusement magnifiquement interprété par Mikaël Fassbender, très beau, charismatique, qui lui donne une chaleur et une dimension humaine. Steve Jobs était un génie qui a révolutionné le numérique mais surement pas un homme à fréquenter ! ses relations avec sa fille en son la preuve ! Kate Winsley est méconnaissable et surprenante. Les seconds rôles sont parfaits !

je continue à être très contente de ne pas aimer Apple… et ce film ne me donne pas envie de revenir sur ma décision !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Jeu 11 Fév 2016 - 15:22

La Terre et L’Ombre

Film colombien dont l’action se situe dans une immensité plantée de cannes à sucre. Alfonso revient dans sa maison 17 ans après avoir quitté femme et fils. Il revient car le fils est gravement malade et les 2 femmes doivent faire bouillir la marmite en travaillant dans les champs. Une très belle relation s’installe entre les divers protagonistes et surtout avec le petit fils qui est tout amour. Ce film est d’une beauté exceptionnelle. Film en plans séquences, très lent, très peu de dialogues, luminosité grisée comme le ciel et l’atmosphère, il nous montre la vie et la solidarité de ces ouvriers surexploités, misérables et miséreux mais également l’amour qui unit les membres de cette famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Dim 14 Fév 2016 - 10:51

Les Innocentes

En Pologne en décembre 1945, une jeune interne de la Croix Rouge est appelée au secours par une religieuse. Elle découvre dans un couvent délabré une trentaine de religieuses dont plusieurs sont enceintes et sur le point d’accoucher, victimes de viols répétés de soldats soviétiques. Ces femmes, dont la plupart très jeunes (novices), innocentes de tout, dont les maîtres mots de l’ordre des Bénédictines est la chasteté et l’obéissance et qui ne doivent jamais montrer leurs corps, sont totalement désemparées, apeurées et ne comprenant pas ce qui leur arrive. A leur tête, une mère supérieure, dont le but principal est le secret de cette infamie, et qui essaie de faire face avec ses convictions qui ne sont, hélas, pas très humaines et sans aucune compassion.
Cette histoire est déchirante et complexe, sur un sujet très fort et douloureux, Anne Fontaine, la réalisatrice nous offre des images splendides, des photos de visages tourmentés, pathétiques et pourtant de toute beauté, ces femmes ont une foi intense qui, même si elle est ébranlée, est présente et les aide à vivre et à avancer. Les plans de forêt dans la neige sont splendides, avec le noir et blanc des vêtements des religieuses, ils donnent l’impression que ce film est tourné en noir et blanc.
Lou de Lâage est très vraie et très juste, elle apporte une note d’espoir et de sagesse, Vincent Macaigne est sobre et donne un ton plus léger et un peu d’humour à cette atmosphère sombre et étouffante. Les actrices polonaises sont parfaites,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Dim 14 Fév 2016 - 19:47

Star Wars – Le réveil de la force

Tout est parfait, une mise en scène grandiose et parfaitement maitrisée, une interprétation excellente où l’on retrouve les personnages tant aimés, des photos à couper le souffle, une musique tonitruante qui est un personnage à part entière, des effets spéciaux époustouflants, une grande fidélité à l’histoire et aux épisodes précédents….. et pourtant, c’est le dernier que j’irai voir….
J’ai du vieillir, le scénario est trop faiblard, les poursuites aériennes trop longues, que dire du duel aux sabres laser…. On s’attend à tout et tout arrive comme on l’a prévu…. Je ne peux pas critiquer, il n’y a rien de critiquable j’ai simplement une grande lassitude vis-à-vis de ce genre de film -)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Jeu 18 Fév 2016 - 21:07

El Clan

Tiré de faits réels, ce film relate l’histoire d’une famille tout à fait ordinaire dirigée par un père machiavélique qui organise des enlèvements contre rançons et ne rend que des cadavres. Il oblige son fils, star du rugby dans une équipe nationale à lui fournir des victimes et à agir avec lui. Cet homme qui a appartenu à l’ancien pouvoir se croit protégé par un colonel encore en poste.
Excellent scénario, belle interprétation, musique au top, suspens qui tient en haleine, superbement bien filmé, cette histoire et ce personnage font froid dans le dos. Je reprocherai à ce film son montage dans la 1ère partie car si on ne connait pas le synopsis on a tendance à se perdre un peu trop car c’est décousu et brouillon, heureusement et assez rapidement le film prend son rythme de croisière et est plus simple à suivre donc devient intéressant voire passionnant.


Spotligth


C’est l’histoire d’une enquête menée par des journalistes sur une affaire de prêtres pédophiles qui ont été couverts par les autorités diocésaines qui ont étouffé l’affaire et monnayé le silence des familles victimes.
Très intéressante réalisation, minutieuse, pointue décortiquant le travail d’investigation de ces professionnels qui, petit à petit, ont découvert l’étendue de ce scandale. On suit pas à pas leur travail, on s’effraie de l’hypocrisie, de la mauvaise foi non seulement des hautes autorités religieuses mais également des acteurs qui ont aidé à cacher ces délits…. Ces crimes devrai-je dire. Le récit des atrocités subies par les enfants est un coup de poing !
A voir !



Ave César

Je pense que je ne suis plus trop sensible à l’humour des frères Coën. 2 de leurs 3 derniers films ne m’avaient pas vraiment emballée et ce dernier ne m’a pas fait rire alors que c’est leur but ! Toutefois, le scénario est excellent, cette histoire de « directeur » d’une grande compagnie cinématographique d’Hollywood, gérant plusieurs plateaux ainsi que tous les petits et grands problèmes inhérents aux égos de « stars » est sympathique, original et quelquefois amusant. Comme toujours la distribution est excellente, des acteurs u top du top même dans les plus petits rôles, c’est très bien filmé, de très belles photos, une bonne bande son, il m’a manqué l’étincelle de génie de leurs premiers films.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Lun 14 Mar 2016 - 10:25

The Revenant

Scotchée par une réalisation éblouissante et la beauté des paysages. Des photos grandioses en couleurs naturelles, des décors absolument époustouflantS, on reste sans voix et les yeux écarquillés par tant de beautés. L’histoire de ce trappeur laissé pour mort dans une nature hostile après avoir été attaqué par un ours (scène splendide et éprouvante), qui refuse la mort et ne survit que pour assouvir sa vengeance et traque l’assassin de son fils, est prenante et traitée comme un thriller. Malgré certains silences, malgré de longs moments immobiles, ce film nous transporte et nous emmène loin, très loin. Di Caprio, Tom Hardy et les autres sont extraordinaires de talent. Des scènes d’une violence inouïes compensées par la pureté de la nature. C’est un chef d’œuvre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 15 Mar 2016 - 11:27

ROOM

Voilà le synopsis du film tel que noté dans Allociné….
« Jack, 5 ans, vit seul avec sa mère, Ma. Elle lui apprend à jouer, à rire et à comprendre le monde qui l’entoure. Un monde qui commence et s’arrête aux murs de leur chambre, où ils sont retenus prisonniers, le seul endroit que Jack ait jamais connu. L’amour de Ma pour Jack la pousse à tout risquer pour offrir à son fils une chance de s’échapper et de découvrir l’extérieur, une aventure à laquelle il n’était pas préparé »

Décor étrange planté pour un film en 2 parties, la 1ère dans cette chambre close dont la lumière naturelle entre uniquement par un vélux, une vie à 2 troublée par les incursions de Nick le Vilain, kidnappeur, violeur et père de l’enfant. Le fait troublant c’est que malgré la supériorité de cet homme, Joy lui impose de ne pas regarder et encore moins toucher Jack et il obéit. Elle est dans un déni total de cette paternité. C’est lourd, pesant, angoissant et pourtant la relation fusionnelle mère/enfant est magnifique d’amour, de tendresse, de respect. Elle impose une véritable instruction à son fils, elle le prépare pour l’après.
Dans la seconde partie, celle de la liberté retrouvée, le temps de la reconstruction débute et si Jack petit à petit s’apprivoise et se laisse apprivoiser, Joy se retranche sur elle-même, s’accuse, se renferme, une forte dépression s’installe et elle n’arrive pas à remonter la pente…. L’histoire, alors, nous oblige à réfléchir sur les dégâts causés à ces victimes d’enlèvement, d’enfermement, les relations bourreau/victime, la réadaptation.
Film splendide, concentré sur la musique, les sons et surtout l’interprétation, une mention spéciale au jeune Jacob Tremblay absolument magnifique, époustouflant de vérité, d’innocence, de pureté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mer 23 Mar 2016 - 15:39

A perfect Day

A la fin de la guerre des Balkans, une équipe d’humanitaires (2 vieux baroudeurs, 1 nouvelle recrue ingénue et naïve, la représentante de l’ONU et 1 interprète) se retrouve confrontée à l’absurde : retirer un cadavre d’un puits dont l’eau est indispensable à la survie de la population, le problème trouver une corde !! partant de ce fait divers banal d’ensuit une série de situations absurdes mêlant l’horreur et l’humain.
Désopilant, décalé, à contre sens total, ce film sort des sentiers battus. Il mélange de façon intime l’horreur de la guerre, l’humanité, le dévouement des hommes en place et la bêtise et l’absurdité de l’Administration qui gère derrière un bureau. Tout est réel et pourtant tout semble sortir de l’imaginaire de l’homme.
Très beau, des paysages somptueux, une BO magnifique, un scénario qui tient la route et une interprétation qui laisse pantois, de Del Toro en passant par Tim Robins et finissant par Mélanie Thierry (sans oublier les autres) ! A voir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Ven 1 Avr 2016 - 21:33

BROOKLYN

Dans les années 50 une jeune irlandaise quitte son pays pour immigrer aux E.U. Elle est accueillie par la communauté irlandaise (et surtout par un prêtre ami), elle travaille mais a le mal du pays jusqu’à ce qu’elle rencontre un jeune et beau italien qui lui fait tout oublier. Elle se marie mais le décès de sa sœur la fait retourner chez elle. Là prise entre la volonté de sa mère relativement autoritaire et exigeante (il lui faut quelqu’un pour s’occuper d’elle puisqu’elle prend de l’âge), son amie d’enfance qui la souhaite auprès d’elle et la rencontre d’un jeune, beau irlandais qui a une belle situation, elle n’arrive plus à faire la part des choses ! cette hésitation, ces doutes, l’amour du pays, l’amour d’un homme que l’on délaisse, toutes ces interrogations sont parfaitement exprimées par Saoirse Ronan, qui vieillit bien. Elle est entourée d’un joli casting. Les images sont belles, la reconstitution est excellente, tant au niveau des décors, que des costumes ou de la musique. Une ambiance très années 50 parfaitement rendue. Ce film est agréable, juste, léger et pourtant souvent empreint d’une profonde émotion.



La Dream Team


Comédie très agréable. Un scénario qui tient la route, des dialogues et des situations pleins d’humour, de la fraicheur, une famille bancale mais touchante et authentique. Une interprétation parfaite qui donne toute sa valeur au film, Depardieu et Médi Sadoun en tête.
Ca détend, ça fait du bien, on croit à cette histoire somme toute banale du retour au source, de la remise à zéro de valeurs que l’on peut souvent perdre, de la cellule familiale qui est surement le plus important dans la vie. Un excellent moment !


Médecin de Campagne

Petit film ! pas très intéressant, sans grand relief malgré une belle affiche et quelques belles photos de la campagne française. L’histoire de ce médecin de campagne malade mais qui guérit, avec son caractère rigide et figé dans ses affirmations et ses habitudes face à une médecin débutante mais de fort caractère n’est pas très crédible et n’arrive pas à décoller, dommage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NYCO



Nombre de messages : 4773
Localisation : SUD EST
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Dim 3 Avr 2016 - 9:46

merci M.A pour toutes tes critiques que je lis avec grand plaisir!

j'ai en effet vu "Brooklyn" deux fois!!
et j'ai A DO RE!
mon coté fleur bleu certainement et puis les amours partagés me passionnent toujours...
les acteurs (trices) sont trés beaux et les paysages sublimes...
un bien bon moment dans une salle noire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Lun 18 Avr 2016 - 16:21

Désertio

Si au départ, l’idée est excellente ! un groupe de réfugiés mexicains tentant de rejoindre les EU en traversant le désert de Sonora est pris pour cible par un tueur isolé qui les abat un à un…. la réalisation est loin d’être à la  hauteur. Tout d’abord la personnalité de ce tueur n’est pas effleurée ! pourquoi s’acharne t-il sur ces gens, quelles sont ses motivations profondes ??? à part qu’il boit et qu’il est sans pitié on ne saura rien de lui … il est aussi féroce que son chier ! les différents mexicains sont également survolés même le personnage principal dont on ne sait pas grand-chose ! cette poursuite est longue et fatigante ! totalement invraisemblable. On a tout le film envie de dire à ces mexicains, avec toutes les pierres qu’il y a dans ce désert… vous ne pouvez pas vous en servir au lieu de courir sans cesse ??? jusqu’à la fin qui est énigmatique, peut être la suite dans un prochain film  ultra brite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Ven 22 Avr 2016 - 19:17

Adopte un veuf

Avec un nom aussi bébète et une affiche nunuche, je m’attendais au pire nanard mais n’ayant pas grand-chose à me mettre sous les yeux j’y suis allée pour Dussolier ! Et bien, je n’ai pas regretté. Une petite comédie sympathique qui met un sourire sur les lèvres, gentillette, bon enfant, quelques petits gags, un bon rythme, les comédiens, tous sans exception, sont excellents, ça parle du renfermement sur soi, de l’ouverture aux autres, des relations transgénérationnelles. C’est plaisant ! Ce film ne restera pas dans les annales, je risque de l’avoir oublié dans quelques jours mais j’ai passé un moment agréable !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanie



Nombre de messages : 3226
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mer 11 Mai 2016 - 9:35

Un homme à la hauteur

Joli film, très bien joué, Virginie Efira est charmante et naturelle. Jean Dujardin joue l'autodérision de manière convaincante. L'histoire pose la question de la différence, du regard de la société, du poids de ce regard sur une relation.

Une fois de plus, je n'ai pas compris les rires dans la salle quand les traits d'humour masquaient pourtant une réelle souffrance.

Ce n'est pas un grand film, mais on le regarde sans ennui et il nous interpelle sur des sujets dont on n'a pas forcément conscience quand on n'y est pas confrontés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mer 18 Mai 2016 - 17:38

Nos Souvenirs (The sea of trees)

Après le décès de sa femme, Arthur se rend dans la forêt d’Aokigahara au pied du mont Fuji pour mettre fin à ses jours. Il rencontre Takumi qui lui ne veut plus mourir et lui demande de l’aider à sortir de la forêt qui les emprisonne….. et les souvenirs reviennent, leurs discussions, leurs parcours, leurs confidences, leurs pourquoi, les parallèles entre les deux cultures, le long travail du deuil se met en route et va l’aider à trouver le chemin peuplé d’embûches qui l’amènera à la sortie.
Pour moi, c’est un rêve et sa rencontre avec lui-même. J’ai donc excusé les invraisemblances qui sont pour moi oniriques car depuis quand un rêve est compréhensible et logique.
Tout dans ce film est beau, la bande son magnifique, les photos sublimes et l’interprétation au sommet ! Matthew Mc Conauhey et Ken watanabe sont absolument époustouflants de vérité.
Si un reproche doit être fait c’est au niveau du montage… là OK mais comment comprendre les critiques odieuses, les sifflets et les huées de la presse et des spectateurs lors du festival de Cannes 2015 ???? si tous les navets étaient de ce niveau…. Je vais au cinéma tous les jours !  


Vendeur

Un père, vendeur de foire et de salon qui se déplace dans l’hexagone et dont la seule passion est la vente à qui il a tout sacrifié, vie de famille, son fils, son intimité, ses amis ! il vit seul, boit trop, snife un peu, baise bcp tarifé ! et puis un jour, son fils, cuisinier, vient lui demander et l’aider à trouver un boulot et malgré ses réticences il va le prendre avec lui et lui apprendre le métier. Là l’histoire prend un autre tournant car en voyant son fils évoluer il va prendre conscience de la pauvreté de sa vie, de sa platitude, de l’immense vide qu’il a créé non seulement autour de lui mais en lui. Il va tout tenter pour essayer non seulement de se sortir de là mais surtout ne pas laisser s’y enfoncer son fils.
Ce film repose entièrement sur les épaules de Gilbert Melki, grandiose, et de Pio Marmaï excellent. La mise  en scène est sobre, le film bien rythmé, la bande son qui donne la pêche et envie de danser, on se laisse prendre car il y a une intensité très forte, une émotion profonde, de la fragilité et pourtant une rare force d’opposition et de persuasion. Le duo fonctionne à merveille …. Et j’aime et plus en plus Melki 



La Résurrection du Christ

A Jérusalem, le Christ est crucifié devant Clavius, Grand tribun romain aux ordres de Ponce Pilate. Après la résurrection et la disparition du corps, pour éviter toute insurrection et en accord avec la haute autorité juive, Ponce Pilate ordonne à Clavius de retrouver le corps, le lui amener et faire, ainsi, taire les voix des « adorateurs » de Jésus.
Traité à la manière d’un péplum mais en toute simplicité et modestie, ce film retrace très fidèlement les jours entre Pâques et Pentecôte, le regroupement des disciples, leur voyage en Galilée et leur départ pour évangéliser.
J’ai presque envie de dire « Parfait » si la perfection existait ! tout est extrêmement bien dosé et en même temps suffisamment grandiose (par les décors, les costumes, les photos, l’interprétation) pour que l’on se laisse prendre …. Que l’on soit croyant ou pas !



Dough

Comédie britannique assez réussie et amusante autour d’un vieux juif boulanger de son état, attaché à la famille, aux traditions, à sa religion, au qu’en dira-ton, et surtout à sa boulangerie transmise de père en fils et d’un jeune apprenti musulman réfugié du Darfour et dealer de cannabis à ses heures.
S’en suivent des situations amusantes sans grand intérêt il est vrai mais le film est plaisant, bien rythmé et se laisse regarder avec plaisir.



Dalton Trumbo

C’est l’histoire de ce scénariste américain, réputé et très connu dans les années 50 à Hollywood, affilié au Parti Communiste et dont le nom a été inscrit sur la Liste noire durant la guerre froide. Un scénario parfaitement bien écrit et très bien documenté, une mise en scène sobre, des dialogues qui font mouche, une interprétation excellente à tous les niveaux, une belle bande son, une très bonne reconstitution historique de ces années là, décors, costumes, maquillages, attitudes, bref ! une réussite en tous points. Cette période noire et pas très glorieuse de l’histoire des E.U. est parfaitement retranscrite à travers, non pas le déroulement et les auditions de la Commission mais de la vie de Trumbo. Son apogée, sa chute, sa reconstruction, sa renaissance, sa reconnaissance. Ce film a le mérite de démontrer comment un Gouvernement par peur d’un fléau (et le communisme en est un) peut,  pour l’enrayer, tomber dans l’excès contraire, susciter la haine, inciter à la délation, voir des espions partout car les rênes sont confiés à un être incapable, totalitaire et intransigeant ! Le discours de Trumbo, à la fin, est très beau car il rappelle que la peur peut engendrer de grandes erreurs et que le pardon est souvent la meilleure solution (là je résume rapide).



Julietta

Magnifique Almodovar. Doux, sensible, prenant. Ce mélodrame nous parle de la douleur de l’absence, de l’amour disparu, de la culpabilité, de la peur du vide. Avec une sensibilité à fleur de peau, il nous promène dans la vie de Julietta, nous fait vibrer avec elle et si souvent la gorge se serre jamais les larmes ne coulent, ce n’est pas là qu’il veut nous emmener. Des actrices superbes, une musique comme lui seul sait les trouver, des photos splendides, un Almodovar très réussi car l’Amour guide sa caméra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanie



Nombre de messages : 3226
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Ven 20 Mai 2016 - 11:09

Après toutes ces critiques, Julietta et Nos Souvenirs m'attirent beaucoup.

Au sujet de Cannes et ses sifflets ... je ne suis pas du tout l'actualité du festival, mais il me semble que d'autres lieux sont devenus beaucoup plus représentatifs et attirants comme Venise ou Berlin.

Merci du partage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 31 Mai 2016 - 10:31

Boulevard

Nolan a 60 an, est marié et s’ennuie dans la banque où il travaille depuis 25 ans. I l s’ennuie aussi dans sa vie ! c’est un homme sans ambition qui est passé à côté de tout ! il aime sa femme mais n’a plus de relation avec elle, il a une promotion mais il en a peur, tout au long du film il dit « je vais bien », « non je n’ai rien », « non ça va » … et pourtant … il rencontre Léo, jeune prostitué et il fait une fixation sur lui. Or leurs chemins sont parallèles et ne se croiseront jamais. Nolan demande de l’amour, de l’amitié, de l’affection, de la tendresse, Léo donne de l’amour physique tarifé « tu es d’accord pour coucher avec moi et tu refuses de m’étreindre » tout est dit ! Cependant cette rencontre permet enfin à Nolan de ne plus se mentir, d’accepter sa sexualité et donner enfin un vrai sens à sa vie.
Si le sujet du film est intéressant, si Robin William donne à son personnage une véritable crédibilité, il n’empêche que c’est très lent, un peu trop long et la passivité de cet homme très difficile à accepter et à supporter. J’avais envie de lui donner des gifles et de lui dire « remue-toi » !


Elle

Une dirigeante d’entreprise très dirigiste et sure d’elle est un soir violée dans sa maison par un homme entièrement cagoulé ! la seule chose qu’elle trouve à faire c’est d’être obsédée par lui au point de rentrer dans son jeu et de le provoquer !!! Bizarre, vous avez dit bizarre ! ce genre de sujet m’indispose ! trop de perversité ! D’invraisemblances ! des personnages totalement détraqués ! voilà le genre de films que je laisse aux intellos perturbés ! une fois de plus Isabelle Huppert, pourtant bonne comédienne, joue dans des films de désaxés, un rôle de névrosée !


L’origine de la violence

Nième film sur les secrets de famille cachés aux enfants qui sont donc traumatisés et cherchent toute leur vie à résoudre des énigmes qui souvent les dépassent. Surtout les secrets liés à la guerre et à l’holocauste. Ce film et beau et bien fait. Très bien interprété notamment par Stanley Weber (que je ne connaissais pas), bien réalisé, bien rythmé, une enquête dont on devine les résultats au fur et à mesure de l’avancement du film. On ne s’ennuie pas mais en dehors d’un bon moment passé, ce film n’apporte pas grand-chose et ne restera pas dans les mémoires.


Money Monster

Un présentateur télé d’une émission sur la bourse est pris en otage en direct par un quidam qui, suivant ses conseils, a perdu tout son pécule. EXCELLENT ! Jodie Foster aux commandes dirige avec brio un couple célèbre Julia Roberts et George Clooney auquel répond avec bcp de talent un jeune du nom de Jack O’Connel ! le reste de la distribution est excellent. Bcp de suspens, bien mené, beaux effets, un thriller intéressant durant lequel on n’a pas le temps de s’ennuyer. Un excellent film du dimanche à déguster sans modération !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Lun 27 Juin 2016 - 9:04

Dans les forêts de Sibérie

Teddy, jeune cadre dynamique, quitte sa vie vide pour s’installer dans une cabane sur le lac Baïkal et se retrouver. Si au départ, l’idée est excellente et si Safy Nebbou nous offre des images sublimes dans un décor grandiose accompagnées par une musique magnifique, à l’arrivée c’est plutôt un film vide que l’on a vu. A aucun moment, il n’arrive à nous faire vraiment croire à son personnage. Une vie en ermite d’un jeune parisien dans ces conditions aussi rudes et difficiles ne peut être aussi aisée que démontrée. Ce ne sont pas les quelques « accidents » qui lui arrivent qui nous font trembler pour lui. La vie quotidienne est effleurée, son adaptation plus que facile, il est vrai qu’il est à quelques encablures d’un point de ravitaillement et de la « civilisation »…. Et sa rencontre avec un fugitif russe qui l’aide et lui apprend bcp …. Tout cela manque d’étoffe, de profondeur et nous fait presque penser à des vacances dans un club !!! dommage Raphaël Personnaz fait ce qu’il peut, il est excellent mais ce n’est pas suffisant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3590
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Dim 31 Juil 2016 - 11:14

même si je vais moins au cinéma depuis 3 mois car les sorties ne me satisfont pas des masses, j'y vais quand même un peu mais j'avais une grosse flemme pour pondre mes critiques ... c'est fait ! comme quoi une bonne nuit de sommeil peut être bénéfique ultra brite

Un traître idéal

Film d’espionnage des plus classiques dans une mise en scène sobre et efficace. Pas de graned suspens, pas de grands rebondissements, un scénario simple servi par 2 grands : Stellan Staasgard et Ewan Mac Grégor ainsi que des seconds rôles parfaits. On peut reprocher un manque d’imagination mais, pour une fois, il n’y a ni hémoglobine, ni poursuites en voitures, motos ou autres. Un bon moment



Truman
Superbe ! Emotion et humour se disputent les dialogues, les clins, la complicité, la spontanéité.
Julian, atteint d’un cancer, refuse les soins ultimes, son ami Tomas vient passer 4 jours avec lui pour essayer de le faire changé d’avis. Il va vite comprendre que Julian a raison. Truman est le chien et il a un rôle très important.
Riccardo Darin est certaine le plus grand acteur argentin voire d’amérique latine, il a pour complice Javier Camera que l’on connaît par Almodovar.
Ce film est une constellation d’émotion, de sentiments. Ca fuse, c’est tout en finesse, pas de pathos, pas de leçon de vie…. La vraie vie avec tout ce qu’elle comporte de bon et de mauvais.
Un grand film !


Viva
Un très jeune cubain qui coiffe les perruques d’un cabaret de travestis rêve d’endosser les costumes et de se produire sur scène. Il vit seul, orphelin de mère et abandonné par son père à 3 ans, lequel croupi en prison pour meurtre. Or, il en sort et vient s’installer chez son fils ! s’impose à lui et surtout cherche à lui imposer ses principes !!! le dur apprentissage de leur relation, la volonté de Viva de poursuivre son rêve. La recherche d’une autorité et d’un amour paternel dont il a toujours manqué, la peinture exotique du milieu cabaret et des travestis font de ce film une saga très intéressante, vivante, joyeuse, un petit bijou.


Génius
La relation qui s’est installée entre un écrivain et son éditeur au début des années 30 à NY, Maxwell Perkings et Thomas Wolfe ! Tiré d’une histoire vraie, ce film nous entraîne dans un duo choc Colin Firth et Jude Law, nous montre comment un homme peut en créer un autre et se nourrir de lui, comment on crée un roman, s’il l’on a, bien sur, une bonne plume. Des dialogues percutants, de très beaux décors, belles photos en clair obscur, une reconstitution historique parfaite et surtout le contraste avec les personnalités d’ Hemingway et de Fitzgerald, parfaitement interprétés par Dominic West et Guy Pearce et celle de Thomas Wolfe, jeune cheval fou, exalté, exubérant et égocentrique. Les personnages féminins bien que fort présents dans ce film ne semblent exister que pour mettre en valeur les 2 rôles principaux. Une véritable histoire d’amitié, d’amour ? peut être ? en tous cas une relation forte qui pourrait aussi être une recherche d’amour père/fils !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanie



Nombre de messages : 3226
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Lun 22 Aoû 2016 - 10:17

Le seul soir où il a plut, suis allée au ciné, vu le seul film qui passait à St Jean Pied de Port à 21 h : Juillet Août je n'en avais jamais entendu parler...

L'histoire de deux soeurs qui passent le mois de juillet dans le sud avec leur maman et son nouveau compagnon, et le mois d'août avec leur papa en Bretagne.

Les deux jeunes filles jouent très bien, les affres de l'adolescence, les amours passionnées. La fin de l'enfance pour l'une, l'entrée dans le monde des adultes pour l'autre. La difficulté d'être parents.

Petit moment sympathique. Je n'ai pas regretté, c'était agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Aujourd'hui à 7:32

Revenir en haut Aller en bas
 
Les gays au cinéma...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 37 sur 38Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les gays au cinéma...
» Quizz Le cinéma d'horreur en Image N°4
» ciné cure rare du vieil acteur
» Home cinéma de Manson
» Lollywood, le cinéma pakistanais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brokeback Mountain Forever :: CINEMA et LITTERATURE :: LES FILMS GAYS MAIS PAS SEULEMENT-
Sauter vers: