Brokeback Mountain Forever


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les gays au cinéma...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37, 38  Suivant
AuteurMessage
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Ven 12 Juin 2015 - 9:44

et moi je ne comprends pas pourquoi tu n'as pas posté ta critique ??? cela me plait de vous lire colere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NYCO

avatar

Nombre de messages : 4774
Localisation : SUD EST
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Ven 12 Juin 2015 - 9:53

Mea culpa!!

Je poserai donc la critique de "san Andrea"...
Le genre de film où j'ai tellement la trouille que je "pelote" fortement la personne qui est à côté de moi!!! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JLuc

avatar

Nombre de messages : 1509
Localisation : PARIS PARIS PARIS !
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mer 17 Juin 2015 - 16:37

En l'absence de notre cinéphile attitrée...Wink, je me permets de glisser une critique toute fraîche Very Happy

J'ai fait fort ! Première séance du premier jour pour : Valley of love. Jamais été aussi rapide pour voir un film nouveau  
J'aime ces deux comédiens, pourtant tellement différents, apparemment. Huppert et Depardieu.
Thème étrange, ésotérique, mélange de souvenirs du passé qui lie l'ancien couple, mémoire  d'une vie, de plusieurs vies reliées à la mort d'un fils. Il leur a écrit une lettre à chacun, leur annonçant son suicide et leur donnant rendez-vous six mois plus tard dans la Vallée de la mort, Californie et Névada.
Tous les deux se retrouvent là, dans un paysage désertique entouré de montagnes (splendides) chaleur suffocante, pendant cinq jours au cours desquels le fils a promis de leur apparaître...
C'est lent, c'est lourd, c'est sec. Quelques visions, quelques matérialisations de l'au-delà font naître des stigmates sur leur corps.À chaque jour un lieu différent, programmé par le fils. Et puis, la fin, dernier rendez-vous.
On ne connaîtra pas le fond de l'histoire. Pourquoi est-il mort..?.. C'est le cheminement qui importe. La mort. Qui rôde autour des personnages.
Ce n'est pas gai, mais ce n'est pas triste non plus. Juste un lent périple, un chemin de croix.
Depardieu est pathétique, son physique (à moitié nu la moitié du film) dans lequel il ne peut pas bien se sentir. Son incrédulité face à Huppert fragile et torturée par la culpabilité et sa solitude.
J'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jlucfont.wordpress.com/
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 30 Juin 2015 - 8:54

Une seconde mère

Val, bonne dans une richissime famille de Sao Paulo, élève comme s’il était le sien, le fils de la famille, alors qu’elle est mère d’une petite fille, élevée par une nourrice dans le nordeste.
C’est une employée modèle, qui sait tenir sa place. Sa vie va être chamboulée par l’arrivée de sa fille qui vient passer le concours d’entrée de l’école d’architecture. Cette fille qui refuse l’état de servitude de sa mère.
Cette comédie enjouée, légère et profonde à la fois, nous plonge dans la société brésilienne dont le système est entrain de changer et d’évoluer. L’actrice principale est absolument merveilleuse. Jamais le film ne tombe dans une mièvrerie attendue, les personnages sont forts et bien ancrés, les dialogues parfaits, la mise en scène impeccable nous offre des portraits de femmes fortes et entières et met en lumière les difficultés à être mère dans un pays où il faut travailler pour vivre et faire vivre les siens… donc là, élever le fils d’une autre à la place de son propre enfant.
1 h 50 de pur bonheur


L’Echappée Belle
Véra est une trentenaire très aisée qui vit la nuit de fêtes, de plaisir, de bringue, d’une peu trop d’alcool, la journée elle dort, se balade, rend visite à sa famille (noblesse anglaise) et se prépare pour retrouver ses amis la nuit, elle a une relation épisodique depuis 5 ans avec un musicien qui lui donne RV dans des hôtels dans les villes où il se trouve… Or un matin, Léon, 11 ans, orphelin fugueur vient lui s’assoir à sa table dans un café et lui demande de lui offrir un chocolat… de la part une très jolie histoire. Léon veut retrouver sa mère qui l’a abandonné à sa naissance et Eva va l’aider dans sa quête.
Ce film est gai, amusant, enjoué, léger, les dialogues sont fins, une complicité se met en place entre les deux personnages, leur relation évolue à grande vitesse car ils sont tous les deux en manque d’affection et ils ont besoin de trouver confiance en eux et dans les autres.
La réalisatrice a su éviter le côté émotionnel et larmoyant, la fin est juste, réaliste et pleine d’espoir.
Claudine Hesme est rayonnante, pétillante, vivante, c’est un électron libre que l’on a grand plaisir à suivre dans ce conte… presque de fée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 30 Juin 2015 - 22:11

Valley of Love
Un couple séparé depuis de nombreuses années se retrouve dans la vallée de la mort pour un périple demandé par lettre par leur fils qui s’est suicidé 6 mois auparavant.
Si le sujet est original, profond, empreint d’une grande émotion, d’une immense tristesse, d’une recherche d’explication, d’un sentiment de culpabilité latent et compréhensible, si les personnages sont humains, sincères, paumés, perdus, atteints au plus profond de leur moi…. Il y a trop de longueurs et d’images inutiles pour que nous, spectateurs, puissions ressentir tous ces sentiments que nous devrions partager.

….. et pourtant !!! Huppert est parfaite de simplicité, de justesse, de fragilité, de doute quant à Depardieu il est énormissime…. A tous les niveaux !!! il n’a pas besoin de parler, il suffit qu’il bouge, un bras, une main, la tête, que son regard se fixe ou simplement observe…. Tout passe dans son corps gigantesque, il est un monument à lui tout seul, il vaut la vision du film.

….. et pourtant…. Les paysages sont splendides, les déserts nous oppressent, la chaleur nous fait suffoquer …. Mais nous restons sur notre faim !!! pourquoi cette séparation conjugale, pourquoi le fils est parti au loin, pourquoi refusait-il de voir sa mère, pourquoi le père n’arrivait-il pas à établir un dialogue alors qu’il était resté proche de lui ????? que de questions sans réponse, que d’interrogations qui auraient pu être traitées au lieu de voir Huppert marcher pendant plusieurs minutes de dos et ensuite de face, idem pour Depardieu, scène dans la piscine sans intérêt, etc, etc….

il y a heureusement un côté mystique et ésotérique qui meuble notre attente, on se prend à attendre les gestes et croire en ces manifestations.

Je ne regrette pas, je reste sur ma faim d’un film qui aurait pu approcher le chef d’œuvre et qui n’est malheureusement que moyen !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Sam 26 Sep 2015 - 18:40

Marguerite
Ah !!!! je ne vais pas crier au chef d’œuvre mais presque. Xavier Giannoli nous offre un grand film. Une belle histoire inspirée d’un fait réel, une très belle reconstitution du Paris des années 20, les décors, les costumes, les meubles, les voitures, les détails de la vie, des dialogues truculents emplis d’humour, de cynisme, de contresens, un régal, une bande son qui nous enchante avec des airs d’opéras des plus grands compositeurs, des voix magnifiques, sauf une et enfin une très belle brochette d’acteurs aux talents multiples et surs ….. et Catherine Frot …. Sublime ! énorme ! grandiose ! magistrale ! quels mots trouver pour décrire ce qu’elle nous offre ! comment ne pas tomber dans le ridicule ! comment ne pas rire mais être ému lorsqu’on l’entend chanter, comment peut-on se prendre à son jeu et pourtant elle nous entraine dans sa folie, dans son monde parallèle et on se prend à comprendre son entourage, on comprend comment et pourquoi une telle histoire a pu exister !
Allez voir ce film en courant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanie

avatar

Nombre de messages : 3228
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Dim 4 Oct 2015 - 18:53

Everest comme son nom l'indique, un film spectaculaire, grandiose par la majesté de ses paysages. Filmé en 3D, ce qui augmente encore l'immensité des lieux.

Une histoire vraie, une passion démesurée qui emplit ces hommes et ces femmes, malgré le danger, le sommet est leur seule destination, leur but ultime.

Notre Jake campe un personnage farfelu et attachant, un brin déjanté.

Une ascension qui coupe le souffle ... il y a ceux qui arrivent au sommet, ceux qui n'y arrivent pas, ceux qui doivent faire demi tour, et ceux qui ne redescendent jamais ...

Je ne suis pas passionnée de haute montagne et n'avais pas spécialement envie de voir ce film, mais j'ai passé un bon moment et je ne suis pas déçue du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Jeu 8 Oct 2015 - 17:21

Premiers Crus
Jolie petite histoire familiale qui se déroule dans un vignoble bourguignon. Photos splendides, décors somptueux, belle interprétation, Lanvin en tête… Rien d’autre… pas de quoi rester présent longtemps dans les esprits… pour un dimanche pluvieux ;-)



Boomerang

Secret familial caché aux enfants, un de plus dirai-je !!! En dehors d’une interprétation très juste et sincère de la part de tous les comédiens, de très belles photos et décors naturels magnifiques… le film nous ennuie fortement !!! Laffitte en personnage égocentré n’hésite pas durant la 1ère moitié du film a tout détruire sur son passage car il est obsédé par son histoire, et dans la seconde partie l’accouchement des uns et des autres pour arriver au but car on sait, on n’est pas idiot, qu’une histoire sordide va se dévoiler, il ne nous reste qu’à nous caler dans notre fauteuil et attendre de savoir !!! ouf !! ça y est …. On peut partir !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Jeu 15 Oct 2015 - 20:32

Belles Familles

Déçue ! scénario bancal, banal, une nième histoire d’héritage avec règlement de compte/réconciliation père enfant, les personnages sont soit inexistants, inconsistants, soit en excès !!! et au milieu une histoire d’amour à laquelle on ne croit pas. Almaric promène son regard voilé, toujours un peu étonné, sa fausse nonchalance, finalement toujours le même personnage !!! et pourtant une affiche de très grande qualité, des acteurs qui n’ont rien eu à raconter, rien eu à nous dire !!! dommage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mer 21 Oct 2015 - 17:38


L'étudiante et M Henri

Agréablement surprise de cette comédie qui, sous ses airs de légèreté et d’humour, nous touche au cœur.  L’histoire d’un vieux bougon, désagréable, coléreux, amer, aigri, machiavélique, qui va se laisser petit à petit surprendre par cette étudiante mal dans sa peau, qui rate tout, qui a peur de tout, qui ne se donne pas les moyens d’aller au devant de ses ambitions à cause d’un père odieux, pervers qui la rabaisse continuellement ! et ce M. Henri de s’en offusquer jusqu’à traiter de con ce père alors qu’il est exactement comme lui vis-à-vis de son propre fils !!! beaucoup de finesse, d’humour, de tendresse, il y a de l’émotion mais pas de larmoyant, les dialogues sont subtils et l’interprétation est absolument parfaite !


Mon Roi

Histoire d’une passion, et comme toutes les passions elle est destructrice. Un aime plus que l’autre qui aime mais mal et tous deux se déchirent, se laminent, se labourent ! Cassel et Bercot jouent parfaitement bien leurs rôles, toutefois le personnage interprété pas Cassel m’a laissée de marbre ! ces faux riches, snobs, éternels ados qui ne vivent que d’arnaques  la petite semaine, toujours entourés d’une bande d’hurluberlus indispensable à leur égo, ne m’ont jamais attirée et il est assez difficile de comprendre comment cette jeune femme, avocate, les pieds sur terre peut se laisser entrainer et aimer cet homme à la folie !! le film est bien fait car il montre le parallèle entre la reconstruction physique (elle est en centre de rééducation après un accident) et sa guérison psychique faite de flash back de sa vie avec lui. Maëwen sait filmer, très bien filmer, elle a le sens du détail, sa photo est très belle, elle sait capter le regard, le geste, le mouvement qui donne à la scène toute son intensité. Ce film est relativement dur et dérangeant, le côté esthétique est bien là, l’interprétation également mais je ne suis pas arrivée à vraiment accrocher !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mer 28 Oct 2015 - 15:32

Sicario

L’histoire traite de la lutte engagée par les américains contre le cartel mexicain de la drogue. Entre lutte officielle et lutte officieuse, entre ce qui est bien et ce qui ne l’est pas, avec violence, tueries, sauvagerie, meurtres en tous genres. Cette lutte passe par une zone de « non droit » entre les 2 frontières et c’est là que se termine cette histoire.
Quelles conséquences tirer de cette lutte ? Comment lutter avec des principes, du respect, les sommations d’usage et tutti quanti quand en face il y a des monstres qui pratiquent d’horribles tueries simplement pour faire peur et soumettre la population ??? ou alors faut-il tout simplement éliminer cette racaille sans concession, œil pour œil ???? c’est cette 2ème solution choisie par le metteur en scène pour mener ses trois personnages principaux, un agent de la CIA, Josh Broslin superbe de cynisme, Benitio delo Toro magnifique en tueur à gages colombien qui poursuit une vengeance personnelle et Emilie Blunt, excellente, en agent du FBI qui se demande ce qu’elle fait là, pourquoi elle le fait et surtout en essayant de ne pas bannir ses principes. Tout est excellent dans ce film sauf le rythme, il y a trop de temps longs et lents qui n’apportent rien et le manque de profondeur des personnages !!! il n’y a pas bcp d’humanité, de compassion ou même simplement d’explications.
Un bon triller qui aurait mérité un peu plus de profondeur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 3 Nov 2015 - 18:25

je suis un peu en retard sur mes critiques :

Seul sur Mars
Un astronaute est laissé pour mort sur Mars par son équipe. Ridley Scott nous offre une fabuleuse épopée, riche en suspens, en curiosités, en humour. Des photos absolument splendides, on s’y croirait, des rebondissements, de la joie de vivre, de l’espoir. Matt Damon est excellent. On croit à son histoire car il est certain que ces hommes qui partent en mission spatiale sont choisis pour leurs capacités physiques, psychiques, leur savoir, leur ingéniosité, leur force de caractère. Car comment s’en sortir, seul à plusieurs millions de km de la terre,  abandonné, presque sans espoir de retour !!
ce film est intense, il est très proche de nous, il peut se passer demain, et l’instinct de survie, traité depuis très longtemps en littérature et au cinéma, offre souvent d’excellents sujets. Si certains moments ont été très obscurs, notamment la partie technique, le reste coule presque de source et on se prend à croire et à vivre au rythme de cet homme qui s’en sortira car jamais il ne lâchera prise.


Elser, un Héros Ordinaire
Film allemand dans toute se rigueur ! l’histoire de Georg Elser qui, seul, a fomenté un attentat contre Hitler en 1939. Il est arrêté alors qu’il tentait de passer en Suisse. Pour les nazis, son acte ne peut être que dirigé par un pays ennemi. Ses interrogatoires successifs  avec scènes de torture très dures, sont entrecoupées de flashbacks qui, petit à petit, nous décrivent l’homme, sa vie, ses amis, ses amours, ses passions. Le film est très violent, très rudes, comme la période durant laquelle il se déroule. Il est très noir, sans espoir, sans lueur et pourtant on se prend à s’attacher à ces dialogues, à ces images, à ces scènes comme si autre chose allait se passer, comme si au bout un peu de lumière allait surgir !
Je ne connaissais pas cette histoire. Elle est étonnante et je n’ai pas regretté même si j’ai souvent mis ma main devant mes yeux :


Lolo

Navet intégral qui n’est absolument pas sauvé par l’interprétation d’excellents comédiens comme Dany Boon ou Karin Viard. Je donnerai une mention spéciale à Vincent Lacoste dans son rôle d’ado attardé psychopathe intégral, méchant, vicieux, mesquin ! par contre je ne tire pas mon chapeau à Julie Delpy qui nous offre un scénario baclé, une mise en scène approximative et sans génie, une comédie lourde et sans humour !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 24 Nov 2015 - 16:32

Ange et Gabrielle

Bluette 100 % conforme à ce que j’attendais. Le genre de film qui fait du bien de temps en temps, il y a de l ‘humour, de la fraicheur, des bons sentiments, un peu cynisme, un zeste d’amertume, bcp de naïveté, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil…. Après tout pourquoi pas, quand c’est bien filmé et bien interprété. Isabelle Carré et Patrick Bruel sont parfaits, leurs enfants ne sont pas en reste : Thomas Solivéres et Alice de Lencquesaing et quand en prime on a Laurent Stocker …. On apprécie une gentille comédie à l française et ça me plait -)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Sam 28 Nov 2015 - 9:12

L’Hermine

Un Président de Cour d’Assises, réputé très sévère, retrouve parmi les membres des jurés lors d’un procès, une femme médecin dont il était tombé amoureux !!! et voilà l’histoire ???? scénario des plus faiblards, pratiquement inexistant ! ce film est inodore, incolore et sans saveur, le seul élément qui le sauve est l’interprétation autant de Lucchini (qui joue moins à Lucchini) que de l’actrice danoise excellente. Je ne sais pas ce que Venise a trouvé à ce film qui est sauvé de l’ennui par ses acteurs ! même l’histoire du procès qui se déroule devant nos yeux est édulcorée au maximum, nous n’arrivons pas à nous y intéresser et pourtant il s’agit du meurtre d’un bébé … ou d’un accident ???? certains parlent des coulisses de la justice ???? d’autres films bien mieux faits en ont parlé de manière plus précise et plus intelligente !!! rien !!! vide !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 1 Déc 2015 - 9:17

El Club
Dans une maison au bord de l’Océan, quelque part près de Santiago au Chili, 4 prêtres et une religieuse vivent en vase clos, punis par l’Eglise pour avoir commis des péchés très graves (homosexualité, trafic d’enfants pour adoption, refus de trahir des secrets militaires) ! ils occupent leur temps en prières, chants, ils expient très sérieusement, ne se divertissant qu’en dressant un lévrier pour la course. Un 5ème prêtre leur est imposé, et dès son arrivée, un homme, à l’extérieur, vient lui rappeler à voix forte, tout c qu’il lui a fait subir enfant ! c’est cru, violent, des détails sordides, ce prêtre se suicide ! Cachant à la police et à leur hiérarchie les raisons réelles du suicide, un genre de juge (plutôt inquisiteur) est nommé par l’Eglise pour savoir la vérité ! s’ensuit des interrogatoires serrés, notamment sur les raisons qui ont conduit à leur punition !
C’est dur, c’est noir, c’est étouffant et pourtant !!! ces hommes ont-il pêchés ??? ce n’est pas sur, loin de là ! peut on juger et punir un homme parce qu’il est homosexuel ? peut on juger et punir un homme parce qu’il a refusé au nouveau pouvoir en place de trahir le pouvoir précédent, peut on trahir un homme parce qu’il a fait adopter des enfants qui seraient morts ou auraient souffert dans des foyers inadaptés, etc, etc ????
Les dialogues sont extrêmement violents, crus !!! comme des coups de poing que l’on prendrait en travers de la figure sans s’y attendre ! Certaines scènes sont très dures à regarder !
La mise en scène est rude, les couleurs sont voilées, comme si un brouillard permanent enveloppait cette maison ! c’est froid ! et pourtant entre ces êtres il y a un grand amour, une grande solidarité !
J’ai bcp aimé, j’ai mis quelques jours à digérer ce film et arriver à vous en faire une critique succincte car d’autres éléments, bien entendu, interviennent et mon but n’est pas de vous raconter le film mais de vous donner envie d’y aller…. Eventuellement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Lun 14 Déc 2015 - 19:25

Les Cowboys
Sujet brûlant de l’actualité, une jeune française qui quitte ses parents pour un amoureux musulman pour qui elle se convertit. Le père, fou de douleur, de colère, d’incompréhension part sa recherche et y consacrera sa vie accompagné de son fils qu’il implique jusqu’à lui faire abandonner sa vie. Il sacrifiera son métier et sa vie de famille.
Du très grand cinéma. Un scénario en béton armé, une maitrise parfaite de la caméra, une direction d’acteurs impeccable, pour un premier film, c’est un film super réussi. Bcp d’émotions, d’intensité, de sobriété. Les dialogues sont vifs, percutants Il y a une violence inouïe rentrée, intérieure, la tension des personnages est palpable et nous envahit petit à petit On se retrouve souvent à chercher son souffle tant l’intensité de ce film est importante. François Damien est bouleversant de vérité de justesse, de haine, d’incompréhension, de violence, il est un père perdu et éperdu d’amour pour sa fille. Il refuse sa perte. Finnegan Oldsfield est un fils aimant, attentif, complice, protecteur d’un père dépassé et renfermé dans sa quête. Ce film réserve de très belles surprises. Il m’a étonnée et surtout donnée bcp d’émotions et de satisfaction.


1 + UNE
Du vrai Lelouch, c’est long, c’est lent, ça parle, beaucoup, sans arrêt, sur tout, sur rien, ça disserte, ça se perd, ça se retrouve, il y a un homme et une femme et si à eux on en ajoute 2 autres, le compte est bon et le film peut se faire.
Par contre, le vrai Lelouch c’est aussi une grande maitrise de la caméra, des photos sublimes, une musique magnifique (F. Lai) et un casting de rêve : Jean Dujardin, Elsa Zylberstein, Christophe Lambert et la mignonne Alice Pol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JLuc

avatar

Nombre de messages : 1509
Localisation : PARIS PARIS PARIS !
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 15 Déc 2015 - 21:37

1+ une, qu'est-ce qu'il est tarte ce titre !!! Crying or Very sadArrow
Je n'aime pas les films de ce cinéaste, il y a longtemps que je ne me déplace plus pour lui ... Comme W Allen ... Mortels !

Le thème de "Club" me plait bien par ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jlucfont.wordpress.com/
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Jeu 17 Déc 2015 - 18:28

Le Grand Jeu
Film politico-embrouillamini-intriguant !!!! soporifique à souhait, chuchotant durant presque 2 h .... d'ailleurs je me suis endormie et je ne pense pas avoir manqué grand chose ! mais quel ennui !!!! dommage la distribution est excellente mais elle ne fait pas tout.... loin de là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanie

avatar

Nombre de messages : 3228
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Dim 3 Jan 2016 - 21:47

Le Goût des Merveilles un film tendre, doux, bucolique, émouvant, superbement joué et filmé. Les paysages magnifiques de la Drôme et une histoire très belle sur la différence, mais pas triste du tout, juste poétique.

Le titre est bien trouvé, ce film est une merveille. J'ai adoré !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mer 13 Jan 2016 - 21:32

JOY

ou l’histoire de la réussite américaine. Inspirée d’une histoire vraie, la vie de cette Joy est faite de bcp de tracas et d’aléas. Joy est la fille gentille par excellence qui dit oui à tout et surtout à son insupportable famille, égoïste, égocentrique, farfelue, avare, envieuse, jalouse, je m’en foutiste… elle supporte tout, elle fait face à tout au détriment de sa propre existence jusqu’au jour où se réveille en elle le désir qu’elle avait enfant de créer …. Créer des objets d’utilité publique auxquels personne n’a pensé…. Et affrontant les siens, s’imposant malgré un nombre invraisemblables d’obstacles, elle réussit !
Très bien réalisé, casting impressionnant et excellent, l’histoire se déroule à 100 à l’heure ne laissant pas le spectateur respirer, Jennifer Lawrence est parfaite, bouleversante, battante, forte et faible, elle nous émeut souvent, réussite totale et pourtant je n’arriverai jamais à accepter ces personnages qui se laissent bouffer par les autres !!! c’est tellement à l’opposé de mon caractère que j’ai du mal à y croire et à rentrer dans le film !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Jeu 28 Jan 2016 - 18:18

je suis un peu en retard ... allez, la 1ère et j'essaie de poster la 2nde un peu plus tard ;-)

Les 8 salopards

Un extraordinaire Tarantino ! Sur fond de western, dans l’immensité glacée du Wyoming, au milieu d’espaces désertiques et magnifiques dans la neige, le froid et le blizzard, une auberge dans laquelle va se jouer un huis clos fantastique et époustouflant. Des plans splendides accompagnés de la musique grandiose d’Ennio Morricone, une distribution époustouflante avec une prime à Jennifer Jason Leigh, des dialogues au cordeau, de l’humour décapant, des personnages extrêmement fouillés, de la dérision, de la violence gratuite, de l’hémoglobine en veux tu en voilà, tout part dans tous les sens, ne nous laisse pas reprendre le souffle, c’est un raz de marée qui déferle sur l’écran et nous emmène dans le monde spécial de Tarantino.
Un de ses meilleurs films, de la qualité, de Réservoir Dogs auquel j’ai souvent pensé.
Alors oui, il faut aimer ce style de mise en scène et d’esprit car, je le reconnais il est très spécial et soit on adhère, soit on part en courant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Jeu 28 Jan 2016 - 21:31

le dernier jour de Yitzhak Rabin

Le 4 Novembre 1995 Yitzhak Rabin 1er Ministre d’Israël est assassiné par un fanatique religieux. Les juifs orthodoxes, menés par des rabbins fanatisés et Benjamin Netanyahou son opposant, critiquent le processus de paix engagé avec Arafat et appellent à l’élimination de Rabin considéré, par eux, comme un traite à Israël.
A travers des témoignages, certains poignants, des documents d’archives et d’une reconstitution parfaite et très pointilleuse de cette époque plus que trouble, Amos Gitaï nous livre un film d’une incroyable justesse.
Les raisons et les motivations des protagonistes sont parfaitement expliquées, le travail de la commission d’enquête sur les raisons, non de l’assassinat, mais du manque de rigueur dans la sécurité du 1er ministre, est très accessible, le film est mené comme un thriller, il est parfaitement accessible pour des ignorants (comme moi) de la vie de ce pays.
Le fanatisme religieux, l’interprétation de textes par des esprits étroits et limités ont été, sont et seront des motifs de meurtres, d’incompréhension, de haine et de violence…. Hélas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NYCO

avatar

Nombre de messages : 4774
Localisation : SUD EST
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Ven 29 Jan 2016 - 5:56

eh bien...apparemment tu as "adhéré" au Tarantino!  Very Happy

merci pour tes "critiques "qui sont positives pour toi en ce moment!
bravo pour tes choix!

pour moi , le dernier que j'ai vu c'est... Star Wars! bounce
et bien j'ai adhéré...euh adoré!!!
j'aime beaucoup les

drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Ven 29 Jan 2016 - 19:47

Carol

Au début des années 50, époque à laquelle l’homosexualité était inconcevable, Carol, mariée et mère d’une petite fille, a eu une aventure avec une femme (son amie d’enfance) et son mari en a eu connaissance. Ils sont en instance de divorce, la séparation se passe mal. Carol rencontre par hasard une Thérèse, une jeune femme qui tombe immédiatement sous son charme.
Leur histoire, leurs doutes, leurs effleurements, leurs gestes, leurs regards sont filmés d’une façon merveilleuse. Le film est tendre, doux, tout en finesse, la photo est splendide, des couleurs voilées, l’atmosphère cotonneuse de l’hiver new yorkais est entrecoupée de scènes violentes qui nous rappellent l’époque. Cate Blanchet est merveilleuse, elle rayonne et impose son jeu et sa présence à chaque scène, face à elle, Rooney Mara est totalement envoutante et nous subjugue.

Le seul reproche que je ferai à ce film n’est pas tellement sa lenteur, elle est voulue et nécessaire, mais quelques longueurs dues à trop de coupure du rythme dommage, le film manque un peu de dynamisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto

avatar

Nombre de messages : 3596
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Sam 30 Jan 2016 - 20:44

Jane got a gun

quel ennui !!! un western poussif, mielleux, inintéressant, faussement psychologique, des bavardages incessants nous racontant par le détail une histoire qui ne nous intéresse pas ! les personnages sont aussi creux que leur histoire et ce ne sont pas les quelques coups de feu tirés qui m'ont tirée de ma torpeur !
une pourtant jolie distribution et les 10 premières minutes très belles car tournées dans les décors naturels des canyons rouges et ocres des E.U.
c'est peu pour faire un film !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les gays au cinéma...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 36 sur 38Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37, 38  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les gays au cinéma...
» Quizz Le cinéma d'horreur en Image N°4
» ciné cure rare du vieil acteur
» Home cinéma de Manson
» Lollywood, le cinéma pakistanais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brokeback Mountain Forever :: CINEMA et LITTERATURE :: LES FILMS GAYS MAIS PAS SEULEMENT-
Sauter vers: