Brokeback Mountain Forever


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les gays au cinéma...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36, 37, 38  Suivant
AuteurMessage
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Sam 21 Fév 2015 - 17:26

après avoir écrit mon post, JLuc, j'ai lu le titre d'un article de P. Bergé disant que le 2ème St Laurent était un film méchant et homophobe !!!! je peux te garantir que ce film est tout sauf homophobe !!! seulement Bergé n'est pas autant auréolé que dans le 1er sans toutefois être antipathique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soan



Nombre de messages : 385
Date d'inscription : 18/05/2011

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Sam 21 Fév 2015 - 18:24

maryanto a écrit:
après avoir écrit mon post, JLuc, j'ai lu le titre d'un article de P. Bergé disant que le 2ème St Laurent était un film méchant et homophobe !!!! je peux te garantir que ce film est tout sauf homophobe !!! seulement Bergé n'est pas autant auréolé que dans le 1er sans toutefois être antipathique.




Tout à fait d'accord avec toi, Maryanto,
Bergé, qui voulait absolument avoir un droit de regard sur le scénario, n'a jamais cautionné ce film, forcément, rien ne chantait ses louanges.!
je ne vois vraiment pas en quoi le film avec Gaspard était homophobe, si être homophobe c'est de montrer que le couturier ne passait pas sa vie dans les chiffons, mais aussi souvent, dans des back rooms, il faut arrêter de jouer aux tartufes !
Le premier Saint Laurent était très académique, lisse, très contrôlé , et ça se sentait !
le second, plus fantasque, plus libre, visitait le coté obscur de la force !
Quant à l’interprétation de Gaspard , elle était bluffante, presque de l'ordre du surnaturel !
Peut-être, JL, à l'occasion,tu pourras comparer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Dim 22 Fév 2015 - 16:57

KINGSMAN

Un pur bonheur. Divertissement très bien filmé à 100 à l’heure, plein d’humour, de dérision, d’auto dérision, des dialogues qui font mouche et rire, une musique superbe et collant à l’image et surtout une distribution parfaite menée par un Colin Firth toujours aussi beau, toujours aussi classe, toujours autant gentleman. Dans les autres rôles il y a tout de même Michaël Caine, Samuel L. Jackson, Mark Strong et un petit jeune qui devrait aller loin Taron Egerton. C’est une véritable parodie du film d’espionnage des années 50/60, James Bond n’a qu’à aller se rhabiller, sa relève est assurée. J’ai ri, j’ai frémi, j’ai souri, j’ai même fermé les yeux sur certaines scènes car bien sur la violence est là mais tellement bien filmée qu’à certains moments elle porte à rire.
Si par un après midi pluvieux vous n’avez pas le moral courez dans une salle projetant ce film et vous en sortirez réjouis et le sourire aux lèvres.


Réalité

Le sujet avait l’air sympa, les critiques pas mauvaises, j’aime beaucoup Alain Chabat et on le voit rarement au cinéma (enfin dans des films qui m’attirent), donc je me suis installée face à l’écran et qu’ai-je vu ???
Je ne le sais toujours pas ??? un film dans un film dans un film dans un rêve dans un cauchemar ??? ou est la réalité est ce cette enfant dont c’est le prénom mais dont on ne comprend pas ce qu’elle fait là car ou est-elle ???
Alors ce qui est paradoxal  c’est que même en n’y comprenant rien ce film est assez agréable car bien filmé, bien interprété et avec un bon suspens puisqu’on pense qu’on aura la clé à la fin…. Et bien non !!! suspens pour rien ou alors je n’ai vraiment rien compris ce qui est fort possible après tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Lun 2 Mar 2015 - 19:11

Maman ou Papa

J’ai hésité à aller voir ce film car la BA ne m’avait pas interpellée. Or, il est sorti depuis un mois environ, il est toujours à l’affiche et les critiques sont bonnes, donc n’ayant pas grand-chose à me mettre sous la dent en ce moment… j’y suis allée !!! j’aurai mieux fait de rester à la maison !!!

C’est l’histoire de 2 adolescents attardés ayant 3 enfants dont 2 ados, médecin hospitalier et cadre supérieur qui divorcent en toute amitié, dans la bonne humeur et dans une excellente entente si ce n’est qu’1/ ils n’arrivent pas à le dire à leurs gosses, 2/ ils ont en même temps une promotion professionnelle et doivent partir à l’étranger… là la guerre pour savoir qui va avoir la garde de leurs gosses car personne n’en veut !!! s’en suit toute une série d’actes plus odieux les uns que les autres pour persuader leur progéniture de choisir l’autre parent. C’est tellement gros, c’est tellement méchant, mesquin et veule que cela en devient pathétique !!!! le couple Marina Foïs-Laurent Lafitte fonctionne bien, heureusement ils sont excellents comédiens, les enfants sont bons, la mise en scène est musclée et très rythmée, on ne s’ennuie pas mais on n’adhère pas mais alors pas du tout !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanie



Nombre de messages : 3227
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 3 Mar 2015 - 8:43

MA dès que j'ai vu la bande annonce, je savais que je n'irais jamais voir ce film !! Pourtant des collègues m'ont dit qu'il était drôle et qu'elles avaient passé un bon moment .... mais j'ai détesté les quelques minutes que j'ai vues, et je ne supporte pas Marina FoÏs et son collègue ne m'emballe pas non plus. Je reconnais ne pas avoir un grand sens de l'humour de toutes façons ... tu confirmes mon impression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tonio



Nombre de messages : 528
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 3 Mar 2015 - 19:07

maryanto a écrit:
Snow Thérapie

2ème navet du mois, ça commence à bien faire !

Ben moi, j'ai adoré !... minimaliste à souhait !!! :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 3 Mar 2015 - 21:00

ah ça pour être minimaliste ça l'est.... c'est plein d'un vide sidéral MDR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mer 4 Mar 2015 - 17:10

L’Art de la Fugue

Ou la fuite en avant, ou sauve qui peut ou on fait ce que tu veux !!!! tout est dans les faux semblants, dans les non dits, dans le oui qui veut dire non et le contraire, l’art de ne surtout pas prendre de décision, l’art de se cacher derrière son petit doigt, l’art de la non communication, l’art d’être malheureux, triste, mal dans sa peau sans avoir le courage d’être soi.
Ces 3 frères sont dans cette situation, bouffés par des parents eux-mêmes champions dans l’art de la fugue mais qui, forts de leurs rôles et de leur autorité, imposent à leurs fils leurs désirs…. Qu’ils acceptent !!!
Heureusement que la distribution est parfaite, que des bons : Lafitte, Putzulu, Marchand, Barrault, Biolay et surtout Jaoui… seul bémol Bedos qui est encore plus mauvais que son père ! mais l’interprétation ne fait pas tout ! ce film étouffe comme leurs sentiments étouffent les personnages. Dommage, ça manque de vie, de ressort !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Jeu 19 Mar 2015 - 16:51

il y a bien longtemps que je n'ai plus posté de critiques, je n'ai pas vu grand nombre de films mais quand même... voilà... je suis à jour ;-) ultra brite

Birdman
Un acteur has been, connu pour avoir incarné un super héros Birdman, monte une pièce de théâtre intello à Broadway. Outre le fait qu’il se heurte à des problèmes d’ordre personnel, il doit faire face à des problèmes financiers et surtout gérer les égos des différents acteurs de sa pièce. Un film sur le montage d’une pièce de théâtre,  presque un film dans un film. C’est une excellente satyre de ce milieu.
Si l’on ajoute à toutes ces difficultés, la « conscience » représentée par Birdman qui hante littéralement le personnage principal et lui donne des directives, on en arrive à un film dont l’humour est constant, des dialogues bien écrits, une belle musique, une mise en scène parfaite quant à la distribution elle est excellente, Edward Norton, Emma Stone, Zach Gafininakis sortant de ses rôles de benêt et bien entendu du Michael Keaton qui tient là, certainement son meilleur rôle.
J’ai trouvé les scènes oniriques un peu trop longues c’est bien là le seul reproche que je ferai.



Le Cercle
Documentaire fiction relatant le déclin et la fermeture du « Cercle » organisation zurichoise, pionnière de l’émancipation homosexuelle qui produisait en 3 langues le seul magazine gay au monde. Ce film aurait dû être seulement un documentaire car il est fort intéressant de connaître le combat que menaient ces hommes pour sortir l’homosexualité de la clandestinité.
[justify]Or, la partie fiction laisse beaucoup à désirer ! mauvais acteurs, mauvaise mise en scène, ça joue faux et c’est dommage.


Wild
D’une beauté à couper le souffle. Un film qui oblige à réfléchir. C’est magnifique de simplicité, de couleurs, de musique, de regards. Jean-Marc Vallée nous confirme, si besoin est, qu’il est un grand réalisateur. C’est juste l’histoire d’une jeune femme qui, après le décès de sa mère, tombe dans une dépression qui la mène au sexe, à l’alcool, à la drogue. Elle divorce (et on comprend son mari) et prend la décision de partir, seule, sans expérience aucune, faire une randonnée de 1700 km. Elle tourne le dos à son existence, elle part pour apprendre à faire son deuil et elle sait que de son acharnement surviendra la paix. Reese Witherspoon est splendide, elle est d’une justesse à couper le souffle, on souffre avec elle, on vit avec elle, elle nous entraîne dans ses peurs, ses joies, ses errances.
Le film est très bien monté, alternant le présent et le passé, par petites touches, subtilement il nous apprend à connaître et à aimer cette jeune femme.
S’il est encore temps, allez voir ce film. Il m’a bluffée !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mer 25 Mar 2015 - 17:53

J'avais vu et beaucoup aimé "Angèle et Tony" le premier film de Alix Delaporte, je ne voulais pas raté son nouveau film et j'ai bien fait de combattre ma flemme :-)

Le dernier Coup de Marteau
Le jeune Romain Paul illumine cette histoire, il est Soleil, il resplendit même lorsqu’il est triste, lorsqu’il doute, lorsqu’il est en colère. Un scénario très bien bâti, une femme malade d’un cancer, son fils, Victor, 14 ans dont le père a appris l’existence 4 ans auparavant et qui le rejette et ce père chef d’orchestre international qui revient à Montpellier pour diriger la 6ème symphonie de Malher. Le fils veut se rapprocher du père et comprendre, il tremble pour sa mère qui, on le comprend, ne veut plus de traitement, il espère une sélection dans un centre de formation de foot tout en redoutant de laisser sa mère seule. Cet ado se débat, seul, car à qui parler ? à qui se confier ?
Peu de dialogue, une musique extraordinaire qui est un personnage complet, Clotilde Hesme et Grégory Gadebois parfaits, une réalisation minimaliste, très juste, beaucoup d’émotion, des photos splendides, de très belles couleurs, alors que la réalisatrice aurait pu tomber dans le misérabilisme, elle joue en touches légères et nous raconte son histoire à travers ce gamin charismatique qui porte tout dans son regard, dans son sourire.
Une fin qui nous laisse le loisir de choisir, le Chef donnera-t-il le 3ème coup de marteau ou pas, conjura-t-il le sort et Victor trouvera-t-il enfin la vie qu’il mérite de vivre ? C’est ce que j’ai voulu voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Jeu 26 Mar 2015 - 19:20

Big Eyes

Au début des années 50, en Californie, une jeune femme, divorcée élevant seule sa fille, peint des portraits d’enfants dont les yeux sont démesurés. Elle rencontre un homme, se disant peintre, ayant fait les beaux arts à Paris, c’est un arnaqueur, un mégalo plus proche de la folie que de la réalité. Il se fait passer pour l’auteur des toiles de son épouse et bâtit une véritable fortune sur cette usurpation. Elle est sa complice, à son corps défendant car elle vit très mal cette malhonnêteté mais rappelons nous en 50 la seule place des femmes était derrière leurs fourneaux ou autre aspirateur. Il met en place un véritable empire monnayant tout : affiches, cartes postales, reproductions, c’est du marketing avant l’heure, il a été le précurseur des reproductions de chefs d’œuvre.
L’histoire est intéressante surtout car elle est portée par un Christoph Walk absolument renversant, il est tout en démesure, charmeur, cajoleur, colérique, menaçant, bref toutes les palettes qui font un grand personnage, Amy Adams est parfaite de sobriété, de justesse, d’émotion et on retrouve un Grand Tim Burton virtuose de la caméra et de la mise en scène, si on ajoute à cela une très belle bande son et surtout des décors et des costumes restituant parfaitement cette décennie, on tient là un excellent film. Ah j’oubliais, ce film est tiré de faits réels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JLuc



Nombre de messages : 1509
Localisation : PARIS PARIS PARIS !
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Jeu 26 Mar 2015 - 21:41



maryanto a écrit:
Le Cercle
Documentaire fiction relatant le déclin et la fermeture du « Cercle » organisation zurichoise, pionnière de l’émancipation homosexuelle qui produisait en 3 langues le seul magazine gay au monde. Ce film aurait dû être seulement un documentaire car il est fort intéressant de connaître le combat que menaient ces hommes pour sortir l’homosexualité de la clandestinité.



Un peu tardif je suis ! mais je tenais à compléter ta critique MA
Nous n'avons pas trop eu le temps d'épiloguer sur ce film à la sortie de la séance, alors, voici ce qu'il a provoqué chez moi : Des souvenirs très personnels remis en lumière (intérieure).

Certes, c'est plutôt le genre de documentaire/fiction qu'on aurait plutôt regardé sur ARTE ! Pas bien joué mais l'intérêt historique est réel. J'ai vécu, à la toute fin des années 60 et début des années 70, une situation semblable. Moins policière mais tout aussi secrète. Mineur, à l'époque c'était 21 ans, je m'étais abonné à un mensuel par correspondance qui s'intitulait "Arcadie", qu'on m'envoyait sous pli discret (enveloppe kraft) comme dans "le Cercle", que je recevais alors que j'étais bien sûr encore chez mes parents..! Je ne me souviens plus comment je les avais connus, mais dès que j'ai pris connaissance de ma vraie nature, ma curiosité était décuplée. Ma mère un jour s'est étonnée de ce courrier régulier, je lui ai répondu que c'était une revue sur la poésie (!!!???) avec des dessins et peintures artistiques (j'étais étudiant dans une école d'art). Et comme j'ai eu la chance d'avoir une maman des plus respectueuses de mon indépendance, elle ne m'a plus rien demandé. 
Le siège de cette "société secrète" était à Paris et ils organisaient des soirées dans un vieux cinéma transformé en boite, contrôlées "discrètement" par les services de police... J'y suis resté abonné 2 ou 3 ans et c'est grâce à cela que j'ai rencontré mon premier amour qui dura 15 ans. Puis les mouvements de libération homosexuelle ont fait voler en éclat cette association, tout le monde s'est dispersé au fil des années et en 81 la gauche est arrivée, ce qui a mis un terme à tout.
Voilà. Ce film a juste eu le mérité de me rappeler ces bons souvenirs, même si parfois la tension et les luttes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jlucfont.wordpress.com/
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Dim 29 Mar 2015 - 19:21

Je suis d'accord avec toi, JLuc, c'est le côté historique qui fait l'intérêt de ce film !

Si l'Homme n'avait pas été à côté de moi j'aurai quitté la salle au bout d'une 30taine de minutes, enfin.. si l'Homme n'avait pas été là je ne serai pas allée voir ce film !!

Diversion

Navet total et intégral. Acteurs qui s’ennuient ou qui surjouent. Mise en scène inexistante, Scénario nul ! Quand je pense que j’avais lu un article qui comparait ce film à « Ocean Eleven » ???? je me demande si certains critiquent voient vraiment les films sur lesquels ils font un papier ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Lun 30 Mar 2015 - 21:46

Still Alice

Quelle histoire !!! celle d’une femme encore jeune 50 ans, professeur émérite dans une université américaine, mariée à un chercheur, 3 enfants bien installés, une famille cadre supérieur sans histoire, sans problème, vivant dans une bonne ambiance et dont le bonheur semble parfait…. Hélas cette femme, (merveilleuse, splendide, lumineuse, resplendissante Julianne Moore) se rend compte qu’elle a des problèmes de mémoire. Il lui est découvert un Alzheimer précoce, héréditaire et qui va galopant. Nous assistons à la chute de cette femme, à sa lutte, à son refus, à son combat journalier, à ses moments intenses de bonheur, à ses chutes terribles. C’est dur, c’est noir, c’est sans trucage, c’est poignant, jamais pathos, ça fout la chair de poule, ça nous laisse avec un grand trou dans le cœur comme si cela nous était arrivé !!! Les scènes familiales sont justes et sincères, les enfants, le mari tous, ensemble, luttent avec elle. Tous ont peur, aucun de comprend, tous s’interrogent et dégagent un amour fou pour elle.
Le réalisateur n’a pas voulu insister sur la dernière phase de la maladie et il a bien fait, il nous laisse sur une scène éprouvante et magnifique, imaginer la fin d’Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 31 Mar 2015 - 20:37

Cendrillon

Il n’aurait pas été mal ce joli conte, il est bien interprété, merveilleuse Cate Blanchet en marâtre odieuse, jouvenceau et jouvencelle tout en mièvrerie authentique et désuète… c’est tellement gros que ça ne fait même plus rêver… :icon_biggrin: … musique sirupeuse, belle mise en scène, très beaux décors, des costumes magnifiques, quelles belles toilettes, des robes somptueuses, tout était réuni pour que ce divertissement connu et reconnu me fasse passer un agréable moment, or, j’avais totalement oublié que les meilleures amies de Cendrillon étaient des….. souris !!!!!!!!!!
J’ai passé la moitié du film les yeux cachés derrière mes mains et mon amie à côté qui me disait quand je pouvais voir l’écran, heureusement que la salle était pratiquement vide, mes cris et ma mauvaise humeur n’ont pas donné lieu à remontrances !!!! j’ai failli aller demander qu’on me rembourse la moitié du prix de la séance …. :w103:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JLuc



Nombre de messages : 1509
Localisation : PARIS PARIS PARIS !
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 31 Mar 2015 - 21:34

Shocked  C'est si mignon les p'tites souris !...🐭 lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jlucfont.wordpress.com/
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Dim 3 Mai 2015 - 9:07

j'ai repris le chemin du cinéma, voilà les 3 dernières critiques des films que j'ai vus


Nos Femmes
Jusqu’où peut on aller au nom de l’amitié, l’amitié peut elle tout permettre, doit on tout se dire, doit on tout taire quelle liberté peut on prendre vis-à-vis de son ami, qu’est ce que vraiment un ami ???? toutes ces interrogations sont bien traitées, bien illustrées, bien formulées…. Des dialogues parfaits, bcp d’humour, un peu d’émotion et surtout une interprétation de très grande qualité. Auteuil et Berry se partageant la vedette, Lhermitte nous jouant de façon exceptionnelle le 3ème homme. D’où vient cette impression que le film n’est pourtant pas une réussite ??? c’est tout simplement du théâtre filmé… dommage, cela se sent, cela se voit.


Entre Amis
Encore un film sur l’amitié au masculin, décidemment les réalisateurs n’ont pas bcp d’imagination en ce moment. Heureusement que nous comptons de grands acteurs dans notre pays, de bons dialoguistes et là…. De magnifiques photos et décors, la méditerranée, un voilier exceptionnellement beau, luxueux et confortable, des rôles féminins sur mesure pour des comédiennes parfaites et leurs maris en tous points excellents. Auteuil, Berléan et Jugnot s’en donnent à cœur joie. Un bon moment de comédie qui ne restera pas dans les annales mais qui m’a fait passé un bon moment.



Le Labyrinthe du silence
Waou !!! sans voix !!! Décidément le cinéma allemand ne fait pas dans la dentelle quand il règle ses comptes avec son histoire. Un scénario strict, net et précis qui traite de l’enquête d’un jeune procureur (sur ordre du procureur général) sur  les crimes nazi commis à Auschwitz. Dans une atmosphère de rejet et de négation, il va minutieusement trouver les preuves des crimes commis et conduire au premier procès allemand contre les SS en 1963. Ce qui est absolument étonnant c’’est l’ignorance dans laquelle se trouvent les jeunes allemands au lendemain de la guerre, un consensus créé par les adultes et les militaires pour que les civils et les enfants ignorent tout des crimes commis durant les années Hitler. Les anciens nazi (dont bcp n’ont pris la carte du Parti que contrains et forcés) se taisaient et formaient une coalition d’ »oubli » des faits, se retranchant derrière le « nous étions soldats, nous obéissions, un pays ne juge pas ses soldats »
Si cette affirmation est exacte, il y a une différence entre les soldats qui étaient sur le front et les SS qui ont commis des crimes abominables.
Ce film nous montre un peu la différence entre les deux, les dilemmes des protagonistes, la prise de conscience des jeunes allemands.
Un film parfait, superbement bien filmé, les années 50/60 très bien reconstituées, des dialogues justes, une très belle interprétation et surtout une bande son exceptionnelle, j’ignore quel morceau a été choisi sur les témoignages des victimes mais il m’a tiré les larmes.
UN FILM QUE JE RECOMMANDE FORTEMENT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mar 5 Mai 2015 - 19:02

Every thing will be fine

Un homme jeune, écrivain de son état, en plein questionnement amoureux et littéraire (syndrome de la feuille blanche), percute et tue tout à fait accidentellement un petit enfant. C’est un drame, pour la mère, le frère et pour lui évidemment. L’histoire se déroule sur les 10 ans qui suivent cet accident. Bon scénario, solide, clair, belle réalisation, très belle bande son, photographie sublime qui m’a fait penser par moment à Séraphine, les prises de vue sont splendides certaines à couper le souffle, les couleurs, les décors, tout est enchantement. Et pourtant, ce film m’a laissé un sentiment de non abouti qui est dû je pense à l’interprétation de James Franco qui est semble indifférent à ce qui lui arrive, est-ce voulu par Wim Winders, est-ce le véritable caractère du personnage de paraître toujours hors du temps et hors de lui-même où est-ce simplement une mauvaise interprétation de l’acteur ? je ne crois pas que j’aurai un jour la réponse. Le rythme est très lent, les scènes s’étirent et apportent une profondeur inattendue aux situations et aux personnages. Cette histoire dramatique connait un joli rebondissement final qui apporte une touche optimiste et salutaire.
Charlotte Gainsbourg est excellente, Marie-Josée Croze toujours très belle et Rachel Mc Adams nous apporte sa fraicheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JLuc



Nombre de messages : 1509
Localisation : PARIS PARIS PARIS !
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Dim 17 Mai 2015 - 15:15

Tête haute
Bon, vous savez peut-être le sujet, mais je résume : garçon violent et inculte. Pas de scolarité suivie. Mère totalement inculte aussi et dépassée, sans mari, ado encore passée 30ans, qui s'exprime par bribes et de façon puérile, immature.
Le gamin dès ses 6ans est suivi par une juge très compréhensive et par un éducateur (ou plutôt un deuxième) alors qu'il a 16ans. Nous parcourons son histoire pendant un an.
Et quelle histoire ! sordide, aux antipodes de la vie sociale que le jeune n'imagine même pas pouvoir vivre, réfractaire aux arguments et encouragements de son entourage éducatif. 
C'est désespérant. Une grande partie de la jeunesse est-elle ainsi inexorablement promise à un tel "avenir". Combien sont-ils dans nos cités, nos "quartiers" à vivre ainsi sans règles ? Avec leurs règles, leurs instincts. 
Quel sens doit prendre l'éducation ? Le mal est là depuis longtemps puisque les parents eux-mêmes semblent déjà hors limites ? 
Il y a de l'émotion dans certains rapports entre ces personnages, noyée dans un flot d'incompréhension qui se traduit par une grande violence et des actes contraires à l'attitude humaine. Une violence que l'on peut ressentir en voyant ce gamin empêtré dans son néant. 
Je ne peux raconter la conclusion de cette histoire, mais je ne suis pas convaincu que ce soit seulement par l'amour qu'un être aussi exclu, par lui-même comme des autres, puisse s'en sortir... La tête haute ?...

Le gamin est joué de façon criante de vérité par un jeune comédien, Rod Paradot, qui est encensé par la critique. Ouich ! mais j'aimerais le voir dans un autre rôle, très différent, avant de me faire une réelle opinion...
Catherine Deneuve est fort crédible dans son rôle de juge et Benoît Magimel est un éducateur sobre, fragile  et convainquant. (C'est un comédien qui m'a toujours laissé perplexe dans son jeu...)Sarah Forestier, la mère, est déglinguée à souhait !
J'ai été un peu (beaucoup) gêné par les mouvements de caméra qui, sur certaines scènes, suivent le sujet un peu brutalement, ce qui est bien sûr normal, voulu, mais ça, je supporte difficilement, c'est physique ! Ça me donne la nausée  . 
Peu de musique, mais de la bonne , c'est à dire principalement classique  

Je pense à "Mommy", ce film que je n'ai pas aimé et qui est un peu dans la même veine.
Mais celui-ci passe un peu mieux... Sauf la conclusion (la morale)... 
J'attends vos commentaires ami(e)s cinéphiles 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jlucfont.wordpress.com/
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Jeu 28 Mai 2015 - 23:09

Caprice

Un bon navet bien mûr que j'ai failli quitter (et j'aurai dû) dans la 1ère 1/2 h. Un genre de chassé croisé amoureux qui aurait pu être pathétique au 19ème siècle... et encore .... Emmanuel Mouret traine son personnage débile, sans caractère, mou, inexpressif et inintéressant tout au long d'une histoire qui ne passionne personne. La petite Demoustier, en général excellente, se perd dans un rôle minable, de petite fille insupportable et finit par le devenir, Laurent Stocker et Virginie Eiffira tirent leur épingle du jeu.... c'est peu pour 2 h de pellicule !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Lun 1 Juin 2015 - 19:49

L’Epreuve

Un film réussit à 100 % car il allie un excellent scénario, une bande son qui colle aux images, une belle maîtrise d’acteurs sublimes notamment Juliette Binoche au summum, une réalisation parfaite, des décors naturels magnifiques et des photos splendides.
C’est l’histoire d’une photographe de guerre qui est tellement passionnée par son métier qu’elle le fait passer avant sa famille, or durant un reportage elle est grièvement blessée et se retrouve confrontée, durant sa convalescence, aux réactions de ses filles et de son mari. Elle prend donc conscience des souffrances et des sacrifices qu’elle leurs impose et renonce à son métier…. Et pourtant… Au lieu de se contenter de cette relation familiale, le réalisateur nous entraine dans des questions plus essentielles relatives au pouvoir de l’image, la place des informations transmises par ces reporters qui, au péril de leur vie, nous informent, nous plongent au cœur de l’horreur sans nom qui s’appelle la guerre, de la férocité et la cruauté de l’Homme ! des images à couper le souffle, nous voyons à travers l’objectif de cette femme cette vérité qui la fait vivre. Certaines scènes nous entrainent dans une véritable émotions, j’avoue avoir eu quelques fois la gorge serrée et les yeux qui picotent.
A voir … s’il est encore temps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Dim 7 Juin 2015 - 16:24

On voulait tout casser

Un nouveau film su r l’amitié au masculin, un parmi d’autres, sans bcp d’originalité mais qui se laisse regarder agréablement.
Un casting d’une très grande qualité (Berling, Mérad, Magimel pour ne citer qu’eux), une belle complicité, de la chaleur, des rires, des moments d’émotion sans tomber dans le pathétique ou le larmoyant voire le sordide et cela aurait été facile compte tenu du sujet.
De très belles photos de la côte normande, une musique que j’aime particulièrement, des dialogues qui font souvent mouche, pas un chef d’œuvre mais un bon divertissement digne d’un dimanche après midi ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Mer 10 Juin 2015 - 17:54

Mad Max Fury Road

Film réussi à 100 % tout est parfait ! la mise en scène spectaculaire à souhait, les effets spéciaux coupent le soufflent, la musique personnage à part entière avec son guitariste qui met le feu, les décors sublimes, les engins encore plus originaux et angoissants que dans les précédents, les courses poursuites géniales, les combats réglés au cordeau semblent, pour certains, de vrais ballets, la violence relativement gommée afin de ne pas trop choquer les yeux, la distribution plus que parfaite, je n’ai rien à redire car je ne vois rien à reprocher …. Et pourtant…. Je dois vieillir car visuel ne me suffit plus ! il me manque l’émotion, la petite étincelle tendre, même l’espoir d’une vie meilleure semble superflue et pourtant les personnages courent après !! comment se fait-il qu’à aucun moment je me sois sentie proches de ces désespérés qui fuient l’ignominie, la dictature, l’horreur ?
Je crois que, de toutes façons, j’aurai dû m’en tenir au 1er Mad Max ,-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maryanto



Nombre de messages : 3595
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Jeu 11 Juin 2015 - 22:34

A la poursuite de demain

Produit par Disney ce film engrange suffisamment de moyens techniques et d’effets spéciaux pour nous amener dans un monde merveilleux de confort, de luxe, de technologie, de simplicité, de beauté, bref, un monde dans lequel nous aimerions vivre, or ce monde se situe dans un univers parallèle et nous montre comment nous avons gâché notre environnement…
L’histoire se situe donc dans ces passages d’un monde à l’autre et comment arriver à redresser ce que nous, nous avons détruit.
C’est un excellent divertissement truffé d’infos farfelues, de données techniques fantaisistes, Clooney dans le rôle du vieil inventeur tombé amoureux fou dans sa pré adolescence d’une jolie robot qui, bien sur, n’a pas vieilli et qui ignore le mot « amour », est touchant, marrant, navrant de naïveté, ses partenaires féminines pleines de fraicheur.
Pas de quoi rester longtemps dans ma mémoire mais un réel plaisir qui ne peut attirer que ceux qui aiment la SF, le rêve, la fantaisie voire le loufoque et savent gardent une âme très enfantine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NYCO



Nombre de messages : 4774
Localisation : SUD EST
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   Ven 12 Juin 2015 - 6:47

maryanto a écrit:
A la poursuite de demain un réel plaisir qui ne peut attirer que ceux qui aiment la SF, le rêve, la fantaisie voire le loufoque et savent garder une âme très enfantine.

aaaaaaaahhhh!
je comprends mieux pourquoi j'ai (nous avons) tant apprécié ce film! ultra brite

copain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les gays au cinéma...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les gays au cinéma...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 35 sur 38Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36, 37, 38  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les gays au cinéma...
» Quizz Le cinéma d'horreur en Image N°4
» ciné cure rare du vieil acteur
» Home cinéma de Manson
» Lollywood, le cinéma pakistanais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brokeback Mountain Forever :: CINEMA et LITTERATURE :: LES FILMS GAYS MAIS PAS SEULEMENT-
Sauter vers: