Brokeback Mountain Forever


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Retour à Brokeback Mountain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
JF

avatar

Nombre de messages : 175
Localisation : quelque part sur Terre...
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Jeu 18 Oct 2007 - 21:44

Toujours est-il que tu fais du beau boulot ici Towncar, merci a toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hilf.antony.free.fr/
Towncar

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : Drancy
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Ven 19 Oct 2007 - 3:57

Salut JF !

Comme Wappa le mentionne, il est certain que Jack va aussi au Mexique pour un besoin physique mais comme tu le fais remarquer dans la nouvelle d’Annie, Jack est beaucoup plus clair sur ce sujet.

Il y a aussi deux autres passages dans le film qui sont très intéressants pour nous forger une idée de l’état d’esprit de Jack :

Lorsque que Jack s’invente une liaison avec la femme d’un de ses voisins au risque d’être découvert par sa propre femme, alors que la vérité est : tu me manque tellement que j’ai du mal à le supporter !

Il est clair que pour Jack, le fait d’avoir une liaison avec d’autres femmes ne nuit pas à Ennis (celui-ci va en rire d’ailleurs)

Il y a aussi la conversation avec le père de Jack, quand celui-ci lui dit que son fils avait l’intention de venir s’installer au ranch avec un autre homme qu’Ennis ? Le jeu des acteurs nous montre bien à quel point Ennis ne reçois pas cette information avec joie ! Surtout que peu de temps avant c’était avec Ennis que Jack avait eu l’idée de retaper le Ranch familiale.

Ce passage et surement l’un des plus hard du film. On est en droit de se dire qu’Ennis reçois cette information comme : Tu es en train de le perdre ! On imagine très bien la descente aux enfers d’une telle révélation pour Ennis ! Seulement (Bonjour Kleenex) La chambre de Jack renferme un secret de taille sur la nature de l’Amour que Jack lui porte !

S’il n’y avait pas autant de repères dans le temps sur la nature de leur véritable liaison, j’aurais volontiers pu croire que Jack allait fréquemment au Mexique par pure plaisir mais j’ai bien du mal à le concevoir surtout qu’il est marié et doit honorer sa compagne…….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Towncar

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : Drancy
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Suite VI   Ven 19 Oct 2007 - 9:39

La vie en pointiller d'Ennis suivait son court, le travail au ranch, les visites d'Alma et sa petite famille, la petite maison dont il prenait grand soin. Il avait fini par réparer le volet bleu ciel qui grinçait. Jenny était même revenue à l'improviste passer un week-end à Riverton.

Il continuait à faire ses voyages annuels avec Dolly. Devoir de mémoire qu'il s'imposait. Il n'était remonté sur Brokeback qu'une fois, le passé l'avait rattrapé cette semaine-là et Jack lui manquait terriblement. Tout était resté comme il l'avait laissé. Cela faisait plus d’un an maintenant que Jack vivait sur la montagne et même si Ennis ne se montrait pas plus souvent, Jack était présent en lui chaque jour et quand il se sentait seul, il aimait dormir avec la chemise de Jack comme s'ils partageaient une étreinte jusqu'au bout de la nuit.

Le travail au ranch n'était pas plus dur physiquement qu'à son habitude, mais depuis plusieurs mois Ennis était fatigué en permanence, le docteur Steve Lying était passé, mais n'avait rien trouvé de particulier pour un homme de son âge, il lui avait jusque prescrit un peu de repos, ce qu’il ne fit pas, M. Baker avait besoin de lui.

Il avait eu tellement d'émotions plus éprouvantes les uns que les autres depuis toutes ces années que cela l'avait marqué, il fallait bien compenser un jour ou un autre.

Cette matinée était consacrée à l'entretien des écuries et au bien-être des chevaux. M. Baker, la veille, avait chargé, de la sale besogne, ses deux apprentis :

Changer la litière des boxes. Il n'avait plus qu'à faire le reste.
John avait une passion pour les chevaux, il avait fait construire une écurie de six box attenant au domaine dès les premières rentrées d'argent avec le Ranch qui se montrait productif et rentable. Il avait un sens inné des affaires à défaut d'être un Cow-boy et c'est en Ennis qu'il avait trouvé un ouvrier hors pair pour le seconder.

John Baker poussa la lourde porte de l'entrée de l'écurie. L'allée centrale était propre comme un sous neuf, Ennis avait fait comme à son habitude de l'excellent travail, John ralluma son cigare.
- Ennis, mon garçon ! Ma femme et moi-même serions heureux de vous avoir pour dîner ce soir.
Il attendait une réponse, mais celui-ci restait muet.
- Ennis ?!
Il s'avança vers le box 6, la porte était grande ouverte, son sang se glaça quand il l’aperçut allongé sur la paille fraîche comme un pantin désarticulé. Il se précipita sur le corps inerte et tapota sa joue.
- Ennis répond bon sang !
Mais celui-ci ne réagissait pas pourtant, il respirait et il sentait son pouls. Il alla chercher la brouette dans laquelle il déposa Ennis et rejoignit le plus rapidement possible l'entré de la grande demeure, il cria à sa femme.
- Eleanor, un médecin vite !
Elle se précipita sur le perron un torchon à la main.
- Mon dieu, Ennis !
Ils l’installèrent au premier dans le lit du maître de maison, le médecin ne tarderait plus maintenant. Le docteur Steve Lying ne se prononçait pas sur le sort d'Ennis, il préféra qu'il soit admis à l'hôpital voisin par précaution.

Eleanor décrocha le téléphone et appela Alma, elle ne lui laissa pas le temps de dire un mot.

- Alma, c'est Ennis ! Une ambulance vient de l'emmener à l'hôpital…
Alma avait déjà raccroché et composait le numéro de Marie Mac Losson.
- Marie, peux-tu t'occuper des enfants pour moi, papa est à l'hôpital, je fonce !
Son amie avait de suite acceptée, elle s'occuperait de Jane et Mike après l'école.
Elle arriva en trombe devant l'hôpital et se précipita à l'accueil.
- M. Del Mar Ennis, s'il vous plaît.
- Un instant je me renseigne.
Après avoir consulté son ordinateur la jeune standardiste décrocha le téléphone.
- Kim, aurais-tu un monsieur Del Mar dans ton service ? Urgence, oui… Au troisième chez Loreen, ok !
Les minutes devenaient des heures pour Alma.
- Service du Docteur Loreen, troisième étage, allée gauche.
Alma se précipita sur la batterie d'ascenseurs.

Il régnait un calme pesant à cet étage, Alma en eu un frisson, seul quelques cliquetis étouffés émanent d’étranges machines semblaient donner la répliques au temps qui passe, celui qu’elle pouvait lire sur la pendule murale accroché juste au dessus de l’entrée du bureau d’accueil.Une jeune infirmière les bras chargés de dossiers fit éruption dans le couloir et s’avança vers elle.

- Madame puis-je vous aider ?
- Je cherche M. Del Mar Ennis ?
- Désolé mais pour l'instant ce monsieur est en examen, veuillez attendre ici je vous ferais prévenir dès qu’il en aura fini.

Alma entra dans une petite salle lugubre et prit place sur une chaise en plastique jaune. Elle n'avait plus notion du temps quand le professeur Loreen lui adressa la parole.
- Madame Del Mar.
Elle s'excusa.
- Non, pas tout à fait, je suis sa fille, mon père est divorcé.
Le professeur l'invita à le suivre dans son bureau.

Il examina les résultats des analyses sur la santé d'Ennis et s'arrêta plus particulièrement sur les résultats du scanner.
-Votre père à trois anomalies majeures et un nombre impressionnant de ramifications avancées sur trois organes internes. Celui-ci souffre d'un cancer à un stade très avancé, je m'étonne qu’il…

Alma n'écoutait plus, elle maudissait la terre entière serrant les points à s'en faire mal, Ennis devait il souffrir toute sa vie, pourquoi le sort s'acharnait-il ainsi sur son père ?

- La médecine est malheureusement impuissante dans ce cas de figure et pour être honnête, je ne sais pas où votre père puise la force qui le maintient encore en vie. J'estime qu'il est de mon devoir de vous aviser que son espérance de vie est maintenant comptée, quelques mois tout au plus. Quelques mois ! Alma se redressa.
- L'avez-vous informé sur sa situation ?
- Oui et c'est sur ce point que vous pourriez nous être d'une grande utilité, votre père refuse toute hospitalisation et…
Alma le coupa dans son élan.
- C'est sa vie et je ne ferai rien pour contrer sa volonté !
- Dans ce cas.
Elle quitta le bureau une ordonnance à la main, elle devait se montrer forte, ne surtout pas en ajouter.

Ennis était face à la fenêtre d'une petite chambre blanche et vide.
- Mon chemin touche à sa fin.
Il n'avait aucune peur, sa vie était une mascarade, la prochaine serait bien mieux. Alma sur le seuil de la porte regarda son père quelques minutes.
- Papa ! Regarde, ils t'ont gâté.

Il se retourna
- Eh, Alma ! Tu es là ma chérie.
Elle le serra dans ses bras comme à son d'habitude.
- Tu serais rentré comment ?
Elle lui sourit.
Il savait qu'il n'avait aucune inquiétude à avoir concernant ses filles, elles étaient fortes l'une comme l'autre
- On y va, c'est horrible ici !

Alma aurait voulu rester auprès de son père ou que celui-ci vienne s'installer avec elle mais il s'y opposa.
- Ma chérie, Tu sais que je ne peux t’obliger à partir, tu peux rester si tu le souhaites mais n'oublie pas que tu as un mari, deux enfants qui ont besoin de toi, moi je vais aller me coucher.
Il l'embrassa avant de lui dire à demain.

Alma avait la tête sur les épaules et savait que son père était toujours de bons conseils, elle fit quand même un détour pour annoncer la triste nouvelle à John Baker. Cet homme s'était montré exemplaire. Elle connaissait que trop son père, elle savait pertinemment que personne ne pourrait le contraindre à rester chez lui, il viendrait travailler comme à son habitude. John accusa le coup et rassura Alma.
- Ne t'inquiète pas, je veillerai sur lui.
Avant de partir, Elle lui avait juste fait promettre, qu'il agirait comme s'il ne savait rien.

Ennis ne souffrait pas, il était juste épuisé, mais restait valide, est-ce que les pilules prescrites par le professeur y étaient pour quelque chose ? Sans doute. Il faisait juste tout son possible pour mener à bien ses taches quotidiennes.

John ne supportait pas l'idée qu'Ennis et sa volonté de fer continu d'aller et venir sur le domaine. Même s’il avait fait en sorte que ses corvées soient réduites au minimum, il fallait qu'il trouve un stratagème pour écarter celui-ci du ranch mais c’était plus facile à dire qu’à faire, il ne trouvait rien d’assez réaliste qui aurait évité les soupçons.

C'est Ennis lui-même qui mit un terme à ces activités au ranch, sa santé devenait de plus en plus préoccupante et pour lui il était inconcevable que son travail en pâtisse, il appela John au téléphone, celui-ci commençait à se faire un sang d'encre. Ennis était toujours ponctuel, il entrevoyait le pire.
- Monsieur Baker, c'est Ennis. J'ai dû attraper une mauvaise grippe ou je ne sais quoi, je prends quelques jours.
Il mentait délibérément à son patron, il ne faisait que protéger son vieil ami, il ne devait pas savoir.

John s'emporta à l'appareil et lui dit que cela tombait mal, mais que s'il ne pouvait faire autrement, il se passerait de lui. Il avait promis à Alma, il tiendrait parole jusqu'au bout.

Une fois qu’il eut raccroché, le vieil homme pris place dans le fauteuil de velours rouge de l'entrée. Ennis était un fils pour lui, celui qu'il n'avait jamais eu avec Eleanor, il plaqua ses deux mains sur son visage et se mit à pleurer. À quelques mètres de l’a, dans le salon, Eleanor était assise sur le canapé, le teint livide, ses deux mains tremblantes. Elle venait de laisser tomber son ouvrage, les aiguilles perdaient leurs mailles, la pelote de laine avait roulé jusqu’au milieu de la pièce.

Alma était présente au côté de son père dès qu'elle le pouvait comme il lui avait dit, elle devait d'abord penser à sa famille. Lui n'avait pas besoin que l'on s'apitoie sur son sort. Elle arriva en fin de matinée chez Ennis, les volets bleu ciel étaient encore fermés, prise de panique, elle se précipita dans sa chambre, celui-ci dormait encore. Elle s'installa à ses côtés, le contemplant dans son sommeil, elle se mit à sourire quand elle réalisa qu'il portait la chemise à la manche tachée de sang de Jack, elle lui prit la main ce qui le réveilla.

- Alma ! Quelle heure peut-il être ? Je crois qu'aujourd'hui que je vais rester au lit.
Alma serra sa main.
- Tu as raison, repose-toi je vais te chercher tes médicaments.
Avant qu'Alma ne franchisse la porte il la rappela. Elle vint s'asseoir au bord du lit.
- Ma chérie, il va falloir que tu m'aides.
Il fit une pause, sa main vint se poser sur la manche de chemise qu'il caressa.
- Il faudra que tu m'emmènes jusqu'à Jack, Alma, promet-le-moi ! Elle voyait la terre s'effondrer autour d'elle.
- Tout ce que tu veux, papa, je te le promets.

Il lui raconta son périple sur la montagne où il avait laissé Jack. Elle se leva.
- Ne t'inquiet pas, mais il faut que tu prennes tes médicaments.
Avant qu'elle ne sorte de la chambre, il eut le temps de lui dire.
- Alma, passe voir Jim Kereit…

Alma une fois, dans la cuisine, s'arrêta au milieu de la pièce, elle cherchait ses repères, c'est à peine si ses jambent parvenaient encore à la soutenir, elle ne pouvait plus faire face à la réalité, son père allait mourir. Elle se précipita jusqu'à levier pour y prendre appuis et se laissa aller.

Ennis eut bien du mal cette fois ci à tendre le bras pour poser la main sur le montant de l'armoire, combien de fois avait-il fait ce geste pourtant ? Il se sentait comme ce voyageur perdu dans une petite gare, attendant assis sur un banc que le prochain train entre à quai. Quand sortant de nulle part une énorme machine à vapeur toussant et crachant une épaisse fumée noire ne fasse son entrée dans un bruit d'enfer, le puissant freinage laissant des gerbes d'étincelles retomber sur le quai avant que le train ne s'immobilise. Seulement pas de mouvement de foule, que des voitures vides. Seul un homme en costume, sa veste maintenue fermée par de gros boutons argentés portant les armoiries d'une compagnie de transport ferroviaire, s'égosillait sur la plate-forme d'une des voitures.

- En voiture !
Suivi du bruit strident d'un sifflet.
- Attention au départ !

Et de nouveau le train s'ébranlait avant de prendre de la vitesse pour un long voyage. Le sifflet de la machine retenti annonçant son entrée dans ce tunnel juste en sortie de gare et tout brusquement devint noir.

Ennis était parti sans un bruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Towncar

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : Drancy
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Suite VI   Ven 19 Oct 2007 - 9:43

Alma prit le temps de reprendre ces esprits avant de rejoindre Ennis, elle devait ne rien laisser paraître, un verre d'eau dans une main, des pilules dans l'autre, elle entra dans la chambre. Le verre en tombant sur le sol se brisa, l'eau éclaboussant le pied de lit, les pilules roulèrent sous l'armoire.

- Papa ?

Elle vint s'asseoir près du corps sans vie, d'une main tremblante, elle replaça une mèche de cheveux qui barrait le front d'Ennis. Elle mit sa main sur sa poitrine juste au-dessus de son cœur avec peut-être l'espoir insensé que celui-ci allait se remettrait à battre.

- Tu vas terriblement me manquer.

Le temps puissant ennemi pour Ennis venait de perdre la bataille, c'était maintenant au tour d'Alma de combattre le temps. Elle l'avait promis. Elle trouva la force d'habiller son père avec une de ses plus belles chemises, un blue-jean, une paire de chaussettes et ses bottes. Elle décrocha le téléphone et appela le docteur Steve Lying.

La lune s’insinuait par la fenêtre du salon, emplissant la pièce d’une lumière bleutée, rendant celle-ci exiguë et froide, Alma avait pris place dans l'un des vieux fauteuils au cuir des accoudoirs craquelé. Elle se leva et alluma un feu dans la cheminée avant de se lover de nouveau dans le fauteuil qu’elle avait quitté peu de temps auparavant, elle regardait pensive les flammes qui dansaient aux sons des crépitements du bois sec qui se consume, une douce chaleur venait par vagues successives la caresser et la réchauffer en cette fraîche nuit automnale.

Kurt avait probablement couché le petit Mike maintenant, il devait, lui aussi, être dans le salon s’inquiétant pour sa femme. Cette pensée la rassura, n’était-ce pas ça aussi l’amour, s’inquiéter en permanence pour celui où celle qu’on aime ?

Elle regarda quelques secondes la porte de la chambre où Ennis dormait, c’est ce qu’elle voulait croire avant de laisser sa tête prendre appuis sur le haut dossier de cuir. Elle laissa vagabonder son esprit. Elle se voyait descendre de voiture. Ennis se bâtait avec le volet bleu ciel, puis la fenêtre de la cuisine s’ouvrit laissant apparaître tout sourire Jack.
Il lui adressa un signe de la main et prit appuis sur le rebord de la fenêtre pour admirer les prouesses d’Ennis et son volet.
- Ennis ! Tu vas finir par te le prendre sur le coin de la figure ce volet.
Scandait Jack. À ces mots, il souriait de plus belle, se penchant d'avantage pour avoir une vue d’ensemble de la scène, levant les yeux au ciel en attente d’une réaction du cow-boy bricoleur.

Ennis les yeux pétillants de joie maugréait quelques insultes en direction du cruel volet avant de se tourner vers jack.
- Eh toi là-bas, si tu venais plutôt me donner un coup de main.
Puis il secouait la tête avant de sourire à son tour.

Alma se serait sûrement liée d’amitié avec Jack, ils partageaient un amour inconditionnel pour le même homme, ce lien ne pouvait soutenir la moindre critique et aurait fini par les rapprocher. Ennis semblait si heureux.

Sur la table basse, elle avait laissé une enveloppe qu’elle avait trouvée sous la pile de chemises dans l’armoire. Elle s’empara de l’enveloppe qu’elle retourna à plusieurs reprises sans y trouver la moindre mention manuscrite.

Elle la décacheta et en sortie quelques documents et une deuxième enveloppe qui vint s’échouer sur ses jambes repliées. Sur le blanc de l’enveloppe se détachait à l’encre bleue Jack qui portait rature et en complément Alma. Elle survola du regard les documents, testament laissé par son père et validé par le notaire de John avant de se concentrer sur la deuxième enveloppe où elle y lisait son prénom.

La lettre qu’elle y découvrit était adressée à Jack, elle se cala dans le fauteuil et commença la lecture.

Jack,

J’ai tellement de choses à te dire. Notre dernier voyage et cette dispute m’ont laissé un goût amer, pourras-tu un jour me pardonner pour tout ce mal que je nous ai causé ?

J’ai fermé la porte, clos les volets et me suis terré dans l’ombre bien trop longtemps, j’ai tellement peur de te perdre, que tu ne perdes patience et décide de vivre sans te soucier de ma faiblesse.

Il y a des mots que je me suis refusé à te dire, que je n’ai même pas dit à ma femme mais aujourd'hui je ne peux plus les retenir d’avantage, peut m’importent les conséquences, c’est ma vie et elle n’est rien sans toi.

Si tu as pu te poser la question et douter, s’ache que depuis notre rencontre sur Brokeback, je n’ai cessé de t’aimer.

Nous avons encore une longue route devant nous et je ne pourrais faire le voyage sans toi…En Novembre demande-moi de te suivre aux confins de l’univers et je te suivrai.

Pas un jour de ma misérable vie, je n’ai cessé de penser à toi et d’attendre avec impatience le moment de la prochaine rencontre alors dit-moi qu’il n’est pas trop tard et que comme tu l’as toujours souhaité nous vieillirons ensemble.

Tu me manques tellement !

Ennis.


Comme à son habitude il avait encore fait le mauvais choix et cette lettre ne trouva jamais son destinataire, si seulement elle avait su la vérité bien plus tôt.

C’est à la première lueur du jour qu’elle finit par ouvrir les yeux, elle s’était endormie. Elle déplia lentement un à un ses membres endoloris, avant de frotter énergiquement sa nuque raidie par cette nuit dans ce lit de fortune. Elle frissonna, le feu dans la cheminée n’était plus que cendre noire et froide. Elle avait un curieux sentiment, elle se voyait en guerrière montée à l’assaut de quelques hautes murailles d’une forteresse sans nom. Comme Jeanne d’arc mut par une force céleste, elle frappait de son épée la haute muraille pour y découper une ouverture et y laisser entrer la lumière et un vent de liberté.

Elle se leva et d’un pas décidé entra dans la chambre où Ennis reposait, elle se dirigea vers la fenêtre pour en ouvrir les volets, la pièce baigna aussitôt dans le clair obscure. Elle se tourna vers son père.

- Je suis aussi coupable que toi.

Pour Alma, son pauvre père avait vécu trop longtemps dans l’ombre à l’abri de ces hautes murailles qu’il s’était construit et qui défiaient le temps. L’heure était venue pour lui que ces remparts tombent.

Lui aussi avait un soleil pour éclairer et réchauffer sa vie, pour Alma, il devenait urgent qu’il se laisse porter par sa lumière. Elle n’avait plus qu’une chose en tête, faire vite.

Dans le plus grand secret, Elle se chargea de presque tout, elle ne pouvait faire autrement et dut aviser les Baker du décès d'Ennis, John dépensa une fortune pour un cercueil digne de l'affection que cet homme lui portait.

Ennis fut incinéré comme il l'avait demandé et Elle déposa l'urne là où il cachait celle de Jack sur l'étagère dans l'armoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wappa

avatar

Nombre de messages : 1726
Localisation : sous la tente ...........
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Ven 19 Oct 2007 - 10:27

Mon Dieu , Towncar , je reviendrai plus tard , là , je suis dans tous mes états ..................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Towncar

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : Drancy
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Ven 19 Oct 2007 - 11:45

Wappa ! Embarassed

Tu ne peux imaginer combien j’ai eu moi-même de la peine en écrivant cette suite, mais aussi combien de joie !

Je vous ferais un joli travail en infographie pour me faire pardonner et clore le voyage !

lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanie

avatar

Nombre de messages : 3230
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Ven 19 Oct 2007 - 13:20

Towncar, cette suite est manifestement l'oeuvre
d'un amoureux de BBM.

Qu'on ait envie ou non de poursuivre le rêve,
tes pages respirent l'amour, la douleur et la sincérité.

Dès l'instant qu'il s'agit d'Ennis et Jack, nos coeurs
vibrent toujours à l'unisson.


Merci I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Towncar

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : Drancy
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Pour Nanie !   Ven 19 Oct 2007 - 14:47

Nanie, Je suis contant de partager avec vous Retour à BBM cheers . Je ne pensais pas en faire autant pour un film : Vidéo, Musique, Montage photo, écriture et partager avec d'autres ! Laughing

C'est ça aussi la magie BBM, on ne pourrais expliquer pourquoi mais on le fait Shocked

et on y revient lol! toujours et encore !

Merci sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JF

avatar

Nombre de messages : 175
Localisation : quelque part sur Terre...
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Ven 19 Oct 2007 - 17:34

Chapeau pour la fin...
Tres emouvante.



(en ce qui concerne le fait que jack est marié, il dit a ennis qu'entre lui et lureen, à partir du moment où leur fils est né, il ne se passait plus grand chose... donc... )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hilf.antony.free.fr/
wappa

avatar

Nombre de messages : 1726
Localisation : sous la tente ...........
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Ven 19 Oct 2007 - 18:09

Houlà mais c'est pas encore la fin !! .............
Là , ils ne sont pas encore à la fin de leur histoire ....... Crying or Very sad
Alors dans quel état je vais encore me retrouver demain soir ?? What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Towncar

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : Drancy
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Aller encore un ... Chapitre VII   Ven 19 Oct 2007 - 20:59

Kurt avait chaussé sa paire de lunette et parcourait du bouts de ses doigts des documents et des cartes topographiques sur les prochains sites de forages prometteurs, Alma allongée à ses côtés dans le lit conjugal était absorbée par la lecture d’un roman d’anticipation qui la laissait perplexe. Elle abandonna son livre et se tourna vers son mari.

- Kurt.
- Hum… ?
- Il va falloir que tu m’aides.
- Bien sûr, ma chérie … mais pourquoi faire ?
Elle se cala dans son lit.
- C’est pour papa, tu sais …
Kurt regardait sa femme hésitante. Il s’en approcha et lui déposa un baisser sur le front.
- Je sais …Jack et Brokeback.
Stupéfaite elle se tourna vers son mari les yeux écarquillés.
- Ennis m’a tout raconté.
Il se cala à son tour sur son côté et regarda sa femme.
- Je crois qu’il souhaitait avant tout te protéger…Il ne voulait pas que tu te retrouves seule sur Brokeback.
Alma enlaça son mari.
- Comme je regrette de ne pas avoir appris la vérité plutôt. Pour ses filles, il a laissé sa propre vie de côté…Bien sûr je sais que Jenny et moi ne sommes pas les seules en causes mais…Je l’emmènerais à Brokeback même si je dois pour cela faire le chemin en rampant.
- Tu sais, Alma, Je ne suis pas sûr de comprendre ce lien qui les unissait mais Ennis était un homme pour lequel j’avais une grande estime, sa vie privée ne regardait que lui. Il m’a donné ce jour l’a un bien précieux, sa confiance. Alma resserra son étreinte.
- Nous ferons vite, papa…c'est promis.

Il embrassa sa femme et repris sa lecture. Elle se tourna, éteignit sa lampe de chevet.
- Essaie de ne pas t’endormir avec tes lunettes cette fois ci.

Le Suburban traversait la ville quand Alma pilla sec, les pneus du véhicule hurlant sur le macadam, elle avait un vague souvenir comme si Ennis lui avait demandé de passer voir Jim Kereit, avait-elle rêvé ? Elle fit demi-tour et prit la direction opposée pour rejoindre la boutique. Quand Elle entra Jim était assis sur une chaise, un ciseau à bois dans une main. Il regardait l'objet des larmes dans les yeux. Ses mains n'étaient plus capables de travailler le bois depuis plusieurs mois. La matière était devenue trop dure pour ses vieilles mains, il fut surpris de la voir ne l'ayant pas entendu entrer. L'homme se fessait vieux, il se sentait inutile et attendait dans son l'atelier que le temps pour lui enfin s'arrête.

Elle posa une main sur l'épaule de Jim.
- Comment allez-vous mon bon Jim ?
Sa voix si douce réchauffait le cœur du vieil homme.
- Comme tu le vois, Alma, je suis réduit à passer le restant de ma vie sur cette chaise.
Elle lui caressa l'épaule.
- Allons ! Vous avez eu une bonne vie, vous devriez vous satisfaire de ce repos bien mérité.
Il lui caressa la main.
- Ma petite Alma, tu comprendras quand tu auras mon âge.
Elle s’accroupit au pied de Jim.
- Je suis venu sur la demande d'Ennis.
- Oh oui ! Pauvre Ennis quel malheur, regarde dans la pièce à côté sur le mur du fond. Elle n'a pas bougé depuis des années.

Elle poussa la porte. La pièce était lumineuse avec sa grande verrière et presque vide.
Seuls subsistaient quelques meubles en bois massif de toute beauté, richement travaillés, attendant un acheteur. Sur le mur de plâtre au fond de la salle, un objet de bonne taille était en appui sur des blocs de mousse. Un drap blanc poussiéreux le recouvrait. Alma tira sur le drap qui tomba à ses pieds, elle prit du recul et resta bouche bée en admiration devant la croix qui venait d'apparaître.

Comment pouvait-on d'un simple morceau de bois obtenir une telle merveille ?

La croix, en chêne massif brun clair, était entièrement ciselée et sculptée a l'exception du pied qui avait été recouvert de métal sur la hauteur devant rester en terre, juste au-dessus, un pied de lierre aux larges feuilles s'enroulait autour de la base, les trois autres extrémités de la croix formant de grands arrondis portaient un dessin gothique ajouré qui jouait avec la lumière. Une frise ciselée ornait le reste de la matière, sur la branche du haut, à mi-hauteur, deux rouges-gorges, sur une branche de cerisier aux feuilles allongées, semblaient tendrement enlacés. Au centre de la croix, creusé dans la matière, se détachait sur un parchemin sculpté, des lettres argentées. Le métal coulé dans la chair du bois leur donnant du relief.

Jack – Ennis
1963


La croix avait reçu une succession de couches de vernis qui la rendait lumineuse et soulignait le moindre détail du travail effectué sur le bois. Alma les deux mains plaquées sur le visage ne pouvait détacher son regard de cette splendeur.

Jim avait du mal à se déplacer, mais il était parvenu à se traîner jusque dans la réserve.

- Alors Alma, ai-je bien travaillé ?

Elle se retourna et lui tomba littéralement dans les bras. Le vieil homme en perdit presque léquilibre.

- Alma ! et bien tu va nous faire tomber..
- Jim, si seulement Ennis pouvait la voir.

il lui tapota le dos.

- Ennis était un homme bon. Notre seigneur veillera sur eux.

À ces mots, elle le regarda dans les yeux, il lui sourit, et s'avança difficilement jusqu'à la croix ou ses doigts se posèrent sur l'inscription.

- J'aurais fait de mon mieux, Ennis. Soyez heureux !

La seule demande express d'Ennis l'hors de sa venue pour sa commande fut pour l'épitaphe. Jim était peut-être "un vieux singe", mais il n'avait plus grand-chose à apprendre de la vie.

Alma n'eut aucun mal à rentrer la croix dans le suburban, malgré sa taille, celle-ci restait d'un poids raisonnable, elle prit congé de Jim en l'embrassant. Elle ne devait jamais revoir Jim. Il mourut le lendemain de sa visite, on le retrouva dans son atelier serrant dans sa main droite un ciseau à bois pour tout bagage vers un autre monde.

Alma se gara devant le garage.
- Kurt, viens voir !
Elle avait placé la croix en appui sur l'établi près de la fenêtre. Il arriva à grands pas.
- Que se passe-t-il ?
Elle lui montra du doigt la croix. Il n'en croyait pas ses yeux.
- Nom de Dieu ! Où as-tu eu ça ?
Elle regardait la croix avec tendresse.
- C'est papa qui l’a fait faire chez Jim.
Il laissait ses doigts courir sur le vernis admirant tous les détails
- C'est Jim qui a fait ça !
Elle regardait son chemisier où s'imprimait l'ombre de folles arabesques le soleil jouant avec les branches ajourées de la croix. Elle sourit de bon cœur. Elle leva les yeux vers le ciel. Cet amour contrarié Ennis avait trouvé le moyen de le crier à la face du monde.

Ouistiti arriva en courant dans le garage son ballon dans les mains, il s’arrêta net à la vue de cet étrange objet, laissa tomber son ballon et avança vers la croix. D’un doigt, il essayait de déchiffrer ce qui était inscrit sur le parchemin. Il se tourna vers sa maman.
- Ennis… Ja.c.k. ?
Elle eut un moment d'hésitation, regarda son mari qui lui fit un signe de la tête comme pour lui dire "vas-y ma chérie".

- Jack, poussin, … c’était un jeune homme que j'ai connu quand j'étais toute petite comme toi.
Elle lui passa les doigts dans les cheveux.
- Il était très gentil et ton grand-père aimait Jack.
Mike fronça les sourcils.
- Jack aimait grand–père aussi ?
Alma hésita un court instant, la réponse se trouvait dans deux chemises sur un cintre.
- Oui ! Mike plus qu'on ne peut se l'imaginer.
Elle se tourna vers son mari qui lui souriait. Mike ajouta.
- Grand-père est avec Jack au paradis, maman ?
Elle prit Mike dans ses bras.
- Bientôt, mon poussin !
Ennis avait fait une confession à sa fille.
- Ce que je regrette amèrement, c'est que je ne lui ai jamais dit, alors qu’en héritage j’ai reçu bien plus que les mots peuvent exprimer.

Il avait fait une pause ses mains tremblantes ne pouvant dissimuler son émotion. Il s'était levé et dirigé vers la fenêtre, de laquelle il pouvait voir la montagne.

- La vie m’a fait un bien beau cadeau. On peut me traiter de fou pour avoir suivi un chemin à flanc de montagne où une nuit j’y ai laissé mon cœur s’y perdre, qu’on me condamne pour n’être qu’un homme mais pas pour avoir aimé celui qui n’a eu de cesse que de le protéger et d’en prendre soin toutes ces années.

Puis une de ses mains vint se poser sur la vitre, là où l’image floue d’un visage aimé se matérialisait.
- Jack, JE T'AIME !
Il baissa la tête
- Pardonne-moi.

Alma serra tendrement Mike.
- Bientôt ! Grand-père à quelque chose d'important à dire à Jack.

Alma reposa Mike et surprit Jane dans l'encadrement de la porte, c’était une jeune fille maintenant. Mike se précipita sur sa sœur.
- Jane…Ne pleure pas…Regarde grand-père sera bientôt au paradis, Allez, vient jouer au ballon avec moi. Il prit la main de sa sœur et l’entraîna dans la cour.

Alma regarda son mari, il la serra dans ses bras et ils quittèrent le garage laissant derrière eux la croix dont l’ombre emplissait toute la pièce.

Trois jours plus tard, dans la plus grande discrétion, les cendres d'Ennis avaient rejoint, elles aussi la montagne, Alma et Kurt avaient fait le voyage dans le pick-up d'Ennis transportant pour l'occasion les deux chevaux dont Dolly, qu'elle chargeât du transport de la croix.


Dernière édition par le Ven 19 Oct 2007 - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Towncar

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : Drancy
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Chapitre VII et FIN   Ven 19 Oct 2007 - 21:05

Alma suivant les dires de son père trouva facilement l'entrée de l'enclave, alors que Kurt s'était chargé de fixer en terre la croix, elle avait creusé jusqu'à retrouver l'urne en fine faïence, le sac de velours rouge n'avait plus le charme d'antan, il tombait en poussières.

Sa première idée fut de déposer les urnes l'une à côté de l'autre, mais elle se ravisa rapidement et sous les yeux ébahis de son mari. Elle ouvrit les deux urnes et versa leurs contenus qui se mélangèrent avant de toucher terre, elle déposa les urnes vides sur les cendres et referma la tombe.

Elle se disait que ce qui n’aurait jamais du être séparé ne faisait plus qu'un maintenant. Est-ce que tout cela avait un sens ? Alma n'en avait aucune idée, mais la joie qu'elle ressentait sur le moment, elle en avait un. Kurt avait dit à Mike.

- Deux personnes qui s'aiment se retrouvent toujours au Paradis.

Pour Ennis et Jack, Brokeback Mountain était le leur et elle espérait qu'ils trouveraient enfin un moyen de combler le gouffre qui les séparait.

Kurt en avait fini avec la croix, qui, en maîtresse des lieux, se dressait maintenant fièrement au milieu de l'enclave. La paroi de granite ou l'ombre de celle-ci se projetait lui donnait une taille démesurée.

Ils se recueillirent quelques instants devant la tombe. Elle était partagée entre sa peine d'avoir perdu un père qu'elle aimait et sa joie en pensant qu'il était enfin avec Jack, il pourrait lui dire.

Quel mal pouvait-il y avoir à croire en une vie après la mort ? Pensa-t-elle. Du moment que les personnes qu’on aime sont heureuses, les vivants ne s'en portent que mieux. Elle continuait malgré tout de douter, elle cherchait désespérément un signe, l'assurance, qu’ils étaient bien ensemble.

- Alma vient, il se fait tard.
Elle se tourna vers son mari, lui prit la main et résigné, elle se laissa guider jusqu'au campement.

Alma restait silencieuse. Kurt essaya à plusieurs reprises de la sortir du mutisme, où elle s'était réfugiée, mais leur conversation à son grand désespoir tourna vite à un jeu de ni oui, ni non. Quant à La chaleur des bras de son mari, le souffle régulier de sa respiration qui lui caressait la nuque, de cette étreinte aussi douce soit-elle, Elle ne parvenait pas à briser le lien, qui la rattachait encore à l'enclave.

Ce n’est que plu tard dans la nuit alors que Kurt avait fini par s'endormir, qu’elle se faufila hors de la tente. Elle ne parvenait pas à trouver le sommeil. Elle s'emmitoufla dans son gilet de laine et gagna la rivière. Assit bras croisés sur ses jambes repliées, elle regardait pensive ondulée les eaux qui dévalaient le flanc de la montagne, et se laissait doucement bercer par leurs chants mélodieux. La cime des arbres agités par le vent semblait battre la mesure. Sur l'autre rive juste devant elle émergeant d'un petit sentier bordé de hauts buissons, Ennis lui apparut comme quand elle était enfant.

- C'est long une éternité, Jack
.
Jack à son tour fit son apparition. Elle avait gardé de cet homme bien plus qu'un vague souvenir.

- Du moment que tu es l'a, cow-boy.

Jack enlaça Ennis et lui glissa dans le creux de l’oreille.

- Seras-tu me supporter ?
- Hum… faut voir.

Jack relâcha son étreinte et poussa Ennis.

- Pour une fois que tu l'ouvres, c'est pour dire des bêtises.
Ennis se retourna, Jack arborait un large sourire.

- Je t'aime, cela devrait te suffire, non !?
- Ce n’est pas nouveau, tu parles d'un scoop !

Ennis secoua la tête amusé par la situation, les yeux pétillant de joie.

-Yup!, allé, Cow-boy vient ! Nous avons encore un long chemin devant nous.

Jack prit la main qu'Ennis lui tendait et ils disparurent aussi vite qu'ils étaient apparus.

Un grand cerf arborant de grands bois avait pris leur place sur le sentier. Alma en proie à une grande confusion regardait le fier animal qui s'était immobilisé sur le sentier, seules ses deux oreilles s'agitaient frénétiquement à l'écoute du moindre bruit étranger qui l'aurait forcé à rejoindre au grand galop le couvert des grands arbres. Quand l'animal eut l'assurance qu'il était en sécurité, il reprit son chemin d'une marche lente et gracieuse avant de disparaître à son tour dans un fourré épineux.

Était-ce une vue de l'esprit comme quand le corps lute contre de fortes fièvres, une folie passagère ? Elle ne pouvait pas croire … Elle s'arrêta sur ce mot "croire", que devait-elle croire ? Croyait-elle en Dieu ? Comme bien d'autre de ses congénères, Bien sûr que oui ! Même si elle ne l'avait jamais vu qu'en songe. Alma croyait en ce qu'elle venait de voir, de cette vision, elle trouvait le moyen de briser le lien qui la retenait à une tombe.
Cette tombe maintenant n'était plus pour elle qu'un repère sur l'échelle du temps, le point de départ d'une nouvelle vie. Alma, le cœur en fête s’allongea dans l’herbe les bras en croix et dans un éclat de rire.
- Oui !
Elle se leva, réajusta son gilet, regarda une dernière fois, le petit sentier.
- Soyez heureux !
Elle rejoignit d'un pas rapide, son mari sous la tente.

Alma ne remonta qu'une fois sur la montagne, c'était en juin. Elle venait d'apprendre qu'elle attendait un heureux événement. Elle souhaitait partager sa joie avec son père. Pour Alma, son père faisait partie de sa vie chaque jour, il était donc nullement nécessaire de venir se recueillir sur sa tombe mais pour se persuader que le message serait bien transmis la tombe lui servirait de boîte aux lettres. Celle-ci était restée intacte, mais pour Alma, il était évident qu'un jour ou l'autre elle serait découverte donc il fallait se montrer discret et surtout ne pas éveiller les soupçons. C'est Dolly, la veille jument qui de nouveau avait fait le voyage. Alma n'avait pu se résigner à se séparer de la petite maison. Les deux chevaux coulaient des jours heureux dans leur enclos que son père leur avait construit. John prenait grand soin des deux juments, pour lui c'était le moins qu'il pouvait faire en mémoire, de son garçon ! Comme il disait. Eleanor venait parfois avec son mari, elle aimait s'asseoir sous le grand chêne son regard perdu sur la petite allée.

Alma avait gardé le souvenir de ce samedi ensoleillé où Ennis était si heureux, il était propriétaire par la force des choses, lui qui n'avait jamais rien eu à lui. Il avait dit à sa fille.
- Peut-être que l'un de mes petits-enfants profitera un jour de cette maison.
Et puis il y avait Jack, il avait fini par accepter que s'il lui avait demandé Jack serait venu s'installer dans la petite maison.
Bien sûr ce n'était pas le ranch qu’il imaginait mais ils seraient ensemble peut importe le reste. Alma n'eut jamais à pleurer sur certaines images du passé. Il lui suffisait de rejoindre une fenêtre donnant sur le nord, de lever les yeux et la montagne était l’a pour lui rappeler que le paradis parfois est bien peu de chose, son imagination faisait le reste.

C'est en février de l'année suivante qu'Alma, qui venait de perdre les eaux, fut emmenée à la maternité voisine. Elle dut se battre presque deux heures sur la table de travail avant de mettre au monde un petit homme en pleine santé.

Kurt n'avait pu être présent pour l'accouchement, il était à des kilomètres de là, mais il lui avait promis de la rejoindre à la maternité la plus rapidement possible. Quand il passa la porte de la chambre, elle tenait le dernier-né de la famille dans ses bras, il s'approcha du lit et embrassa sa femme avant de contempler le fruit de leur amour, Elle lui déposa le bébé dans les bras.
-Monsieur Ennis Jack SWEETEY, je vous présente votre Papa.
Il regarda tendrement le nourrisson.
- Bonjour, Petit cow-boy.
Il se mit à le bercer tendrement et lui chantonna une berceuse.

Alma se tourna vers la fenêtre pour y regarder le ciel. Est-ce que le petit Ennis Jack SWEENEY connaîtra, lui aussi un jour le grand Amour ? Se demanda-t-elle. Et si ses pas le conduisaient à marcher dans ceux de son grand-père ? Alors je serais l'a, plus présente que jamais pour lui raconter l'histoire de :

Brokeback Mountain


Alma était debout face à la fenêtre, elle scrutait la montagne.
- Voilà, E.J…Je pense n’avoir rien oublié.
E.J. s’était levé et faisait face aux deux chemises élimées et sales, mais sa répugnance, ce dégoût du début avait complètement disparu. Alma se tourna vers son fils, celui-ci tenait dans ses mains la chemise d’Ennis.
- Ennis Jack SWEETNEY… Ennis et Jack.
Il semblait redécouvrir son prénom et c’est avec une certaine fierté qu’il les répétait.
Alma souriait, elle regardait son fils replier délicatement les chemises, qu’il replaça dans leur boîte puis il vint y déposer la carte postale
- Brokeback est vraiment magnifique, tu ne trouves pas, maman ?
L’enveloppe retrouva, elle aussi, sa place. Il laissa la feuille de soie blanche se refermer sur l’histoire d’une vie et fini par replacer le couvercle sur la boîte.
- Maman. Tu m’emmèneras un jour voir grand-père…et Jack.
Alma debout derrière E.J. l’enlaça de ses deux bras et posa sa tête sur son épaule.
- C’est promis, mon grand.

FIN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Towncar

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : Drancy
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Ven 19 Oct 2007 - 21:19

Voila les BB-Maniaque, j’espère avoir bien ouvré ?

Comme promis je vous ai fait Brokeback Paradis et comme le dit Alma : le paradis est parfois bien peut de choses – Je souhaite à nos deux amis tous les bonheurs dans leur nouveau monde !

sunny sunny sunny sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wappa

avatar

Nombre de messages : 1726
Localisation : sous la tente ...........
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Ven 19 Oct 2007 - 21:35

MA.GNI.FIQUE

Merci encore une fois Towncar I love you drunken I love you drunken I love you drunken I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JF

avatar

Nombre de messages : 175
Localisation : quelque part sur Terre...
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Sam 20 Oct 2007 - 17:37

effectivement, ce n'etait pas fini... ^^

bravo, c'est tres bien fait (même si il y a quelques details que j'aurais legerement modifié et quelques inevitables petites coquilles par ci par là... )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hilf.antony.free.fr/
Towncar

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : Drancy
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Sam 20 Oct 2007 - 18:17

Salut JF ! cheers

Comme tu peux t’en douter je suis loin d’être un homme de lettres, je suis par ailleurs un piètre utilisateur de la langue Française dont l’orthographe me fait cruellement défaut.

Je vais me répéter mais mon but était de conjurer le drame de cette fin brutale de Brokeback-Mountain, je ne pourrais dire par quelle circonstance ce retour s’est retrouvé en ligne et pourquoi de nombreux internautes y ont trouvé une porte de sortie.

Si j’ai pu susciter la plus petite émotion à la lecture chez certains autant que j’ai pu en avoir à l’écriture cela est déjà une agréable surprise que je partage avec plaisir !

J’avoue aussi que cela m’a permis de tourner une page, la présence de nos deux amis était devenue quotidienne, voir envahissante. Aujourd’hui avec du recul Brokeback est devenu une référence dans son domaine que j’aime à revoir de temps à autre mais pour lequel j’ai pris de la distance.

Si tu le souhaite, je t’encourage à déposer tes conclusions sur le post dédié que nous puissions en discourir avec les autres internautes.
J’espère que tu auras eu plaisir à me lire, a plus.

Towncar (Michel) sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wappa

avatar

Nombre de messages : 1726
Localisation : sous la tente ...........
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Sam 20 Oct 2007 - 21:50

Je croyais avoir pris de la distance aussi
mais c'était faux , j'ai replongé de la tête et du coeur .................. et j 'en suis heureuse sunny I love you drunken sunny I love you drunken sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jp

avatar

Nombre de messages : 347
Localisation : menton
Date d'inscription : 24/04/2007

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Dim 21 Oct 2007 - 17:34

un Grand Merci I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cliffy4479

avatar

Nombre de messages : 105
Age : 55
Localisation : ici
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Dim 21 Oct 2007 - 20:10

No No No J'ai toujours pas pris de distance et en lisant ou relisant ton "retour a Brokeback" voila que c'est redevenu encore plus fort!

Aucune idée comment arrêtter, mais en fait je n'ai pas envie d'arretter! No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Towncar

avatar

Nombre de messages : 41
Localisation : Drancy
Date d'inscription : 04/03/2006

MessageSujet: Reponse !   Mer 24 Oct 2007 - 12:08

Je vois que tu as fortement apprécier - Retour à Brokeback Mountain – et ton analyse est pertinente.

1)Pour le passage de la mère : je me suis fié aux images et à l’atmosphère du moment. Pour ma part, il est évident que s’il n’y avait eu que la mère de Jack, non seulement Ennis serait reparti avec les deux chemises mais sans aucun doute avec les cendres de son compagnon de longue date.

Cette femme avait compris que son fil avait un secret de vie et elle l’avait acceptée. Elle nous le prouve en poussant Ennis à monter dans la chambre de Jack et nous savons tous pourquoi !

Je pense que sa phrase peut aussi vouloir dire : Je vais faire mon possible, revenez, je vous donnerais les cendres de Jack.
On perçoit bien le conflit qui règne entre ce que souhaite le père et ce qu’aurait voulu la mère.

2)Pour la croix : la raison est simple : je suis moi-même sans religion mais par notre culture, je ne peux concevoir de tombe sans son ornement principal : une croix !

Elle aurait pu être simple comme deux branches croisées et liées par un lien mais j’ai voulu lui donner une dimension à la hauteur de BBM. Elle matérialise pour moi un fait : ils sont ensemble même si la bonne société ne l’a pas voulu ainsi.

Un signe pour donner de la valeur à cette tombe : ici repose deux amants !

C’est mon coté sentimental qui ressort pour le plaisir de la lecture.

Le principal reste et c’était bien ma volonté première que : Ennis, Jack et Brokeback ne fassent plus qu’un !

Michel sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yoann59



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 29/10/2012

MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   Lun 29 Oct 2012 - 15:12

quelques larmes de plus de versées.... Sad Sad Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour à Brokeback Mountain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour à Brokeback Mountain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» De retour à Brokeback Mountain, et..
» Retour à Brokeback Mountain
» Retour à Brokeback Mountain
» Autour de RETOUR A BROKEBACK MOUNTAIN
» Brokeback Mountain-Mes Créas-Jack/Enis-G

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brokeback Mountain Forever :: DISCUSSIONS :: A PROPOS DU FILM-
Sauter vers: